Le nouveau président de l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb) élu le 4 juillet dernier a pris service le 20 juillet. Alain Nouho a levé un coin de voile sur les défis qu’il entend relever au cours de son mandat.

Porté par voie élective par ses camarades à la tête de l’Union nationale des étudiants du Bénin (Uneb), une des trois associations d’étudiants officiant sur le campus de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac), Alain Nouho a des ambitions pour redynamiser le mouvement estudiantin au Bénin. Selon lui, les défis à relever se situent aussi bien sur le plan académique que sur le plan social.
Au niveau académique, il fait savoir que toutes les questions touchant la vie académique des étudiants seront une priorité. Entre autres, il s’agira pour le nouveau bureau de l’Uneb de mener des actions pour une harmonisation du système Licence Master Doctorat (Lmd). Pour y parvenir, il entrevoit qu’il faille inviter tous les acteurs, à savoir les autorités ministérielles, rectorales, décanales, administratives et les responsables d’étudiants. Tout en reconnaissant qu’il faut se conformer à des normes quant au système Lmd, il invite à ne pas occulter certaines réalités de l’Uac. « Sur une même université, un même système qui s'applique ne doit pas être différent, selon les entités. À défaut de respecter les exigences d'un tel système, il faut le rendre uniforme partout. Il n'est pas question qu'une entité applique un système comme elle l'entend ou le conçoit », fait-il observer avant de noter qu’il faut « l'adapter à nos réalités ».
Toujours sur le plan académique, poursuit-il, il s’agira pour son bureau d’œuvrer à l'amélioration des conditions d'études des étudiants. Cela est tributaire de la mise en place d'une politique de participation de tous. « La suppression des faux frais sera aussi un objectif à atteindre », ajoute-t-il.
Sur le plan social, il rêve d’un système d’allocations universitaires avec le moins de plaintes possibles. « Nous verrons avec les autorités compétentes comment revoir le système d'allocations universitaires afin d'enregistrer moins de plaintes », explique-t-il. Dans ce cadre, il indique qu’en collaboration avec le Centre des œuvres universitaires et sociales d’Abomey-Calavi (Cous-AC), son bureau échangera sur le projet de création de la ligne Campus-Akassato afin d'étendre les œuvres sociales à tous les étudiants. « Nous discuterons avec lesdites autorités pour que les œuvres sociales démarrent dès la rentrée académique », promet le successeur de Nicolas Zinsou à la tête de l’Uneb. La situation des étudiants handicapés fait partie également de sa priorité. Selon lui, cette catégorie d’étudiants doit continuer à jouir de la manière la plus judicieuse des mêmes droits en tant qu'étudiants. Sur le plan épanouissement, l’Uneb se battra pour des activités ludiques au profit des étudiants.
Mieux, l’Uneb permettra aux étudiants d'avoir leur permis de conduire à moindre coût. A cet effet, les responsables de l’Uneb feront rentrer le projet « Permis pour tous » dans sa phase active. En plus, ajoute-t-il, « Nous organiserons des formations professionnelles à l'endroit de la communauté universitaire. Nous allons créer une solidarité entre les institutions à la base à travers des activités qui les mettront ensemble ».
Mais de façon globale, il tient à soigner l'image des responsables étudiants en procédant à la dynamisation totale des moyens d'actions, laquelle consistera, précise-t-il, à prôner le dialogue à tous les niveaux. « Nous allons privilégier le dialogue, car la violence, avant d'être illégitime, est animale », assure Alain Nouho.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3939 fois