×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 547

Les candidats à l’obtention du diplôme du baccalauréat de l’enseignement technique affrontent, depuis ce jeudi 1er juin, les épreuves pratiques de cet examen au titre de l’année académique 2016-2017. La cérémonie officielle de lancement s’est déroulée à l’école professionnelle Don Bosco à Cotonou, en présence des ministres en charge des Enseignements technique et supérieur.

Au total, 3457 candidats dont 977 filles composent, depuis ce jeudi 1er juin, dans le cadre de l’examen national du baccalauréat technique. Répartis dans huit centres de composition sur toute l’entendue du territoire national, ils proviennent des séries : E (mathématique-technique) ; F (construction mécanique, électronique, électrotechnique et génie civil) et G1 (techniques administratifs).
La cérémonie officielle de lancement des compositions s’est déroulée à l’école professionnelle Don Bosco à Cotonou, sous la houlette du ministre de l’Enseignement secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Lucien Kokou, de celui en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Marie Odile Attanasso, en présence du directeur de l’Office du baccalauréat (Dob), Alphonse da Silva.
Les officiels ont d’abord prodigué quelques conseils aux surveillants de salles attendant les épreuves de la première composition à la bibliothèque, avant de procéder à l’ouverture des enveloppes contenant l’épreuve de Construction et à la distribution des copies aux candidats. S’ensuivra une séance de visite de certaines salles de composition et surtout des laboratoires ou ateliers devant abritant les compositions.
La délégation ministérielle s’est ébranlée vers le lycée technique Coulibaly. Là, les candidats de ce centre composaient déjà la première épreuve de la phase pratique. Les officiels ont fait le tour de quelques salles, ateliers et laboratoires du centre pour s’enquérir du bon déroulement de la composition.
Selon le ministre Lucien Kokou, en dehors de la diminution du nombre de candidats en série F2, les effectifs des autres séries sont en nette augmentation. Il souligne que la hausse de l’effectif est très remarquable en série F3 où l’effectif est 892 candidats. Mais le ministre déplore la rareté des filles dans les filières technologiques. Or, martèle-t-il, « l’avenir du pays passe par les séries techniques ».
L’examen du baccalauréat édition 2017 sera propre et sans problème, rassure le directeur de l’Office du baccalauréat (Dob), Alphonse da Silva. Des innovations ont été apportées à l’organisation de l’examen dont l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour la série eau et assainissement, informe-t-il. Le baccalauréat n’est pas un concours ; toutes les épreuves sont à la hauteur des candidats, a-t-il laissé entendre, en appelant les candidats au calme et à la sérénité n

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 4514 fois