La route des pêches est ouverte à la circulation depuis quelques mois. L’infrastructure satisfait un nombre important d’usagers. Pour prévenir d’éventuels cas d’accidents sur l’axe et apprendre à porter le premier secours aux victimes, le coordonnateur de Promédia_jeune, Amidou Saka-Lafia, invite au respect du code de la route.

La route des pêches, longue de 13,200 kilomètres est réalisée dans le cadre de la phase 1 du projet d’aménagement et de bitumage du tronçon Cotonou-Adounko. Et depuis quelques mois, cette route est empruntée par un grand nombre d’usagers. Pour prévenir d’éventuels cas d’accidents sur cet axe qui longe la plage de Fidjrossè, assez fréquentée, la sensibilisation au respect du code de la route s’impose. De concert avec l’entreprise en charge des travaux, le coordonnateur de Promédia_jeune, une organisation spécialisée dans l’éducation routière depuis une dizaine d’années, Amidou Saka-Lafia confie qu’il s’y emploie. Au terme d’une séance de sensibilisation, ce week-end, il a expliqué les raisons qui motivent cette action à l’endroit des habitants du quartier Fidjrossè. « Nous procédons à la sensibilisation des populations sur le thème sécurité routière et secourisme sur la route des pêches », révèle-t-il. Ce projet considéré par plusieurs personnes comme une utopie est devenu une réalité, a reconnu le coordonnateur avant de noter qu’il était important que les usagers de ce tronçon sachent à quoi s’en tenir. « Le respect du code de la route et la sécurité routière doivent être de mise sur la route des pêches et généralement sur toutes les routes du Bénin », a insisté Amidou Saka-Lafia. Selon lui, il y a plusieurs paramètres à prendre en compte quand on circule sur une route nouvellement construite. Entre autres, il faut éviter l’excès de vitesse, respecter les panneaux de signalisation, ne pas s’adonner aux mauvais comportements,… Estimant que certains usagers ont tendance à aller vite sur cet axe, oubliant le risque d’accident, Amidou Saka-Lafia soutient que les riverains doivent s’approprier les notions de base du premier secours, celui qu’on apporte aux victimes d’accident avant que les secours médicalisés à savoir les sapeurs-pompiers et le Samu n’arrivent. « La route des pêches a changé de visage. Elle est une grande route construite à double sens de circulation qui permet aux populations de vaquer à leurs activités. Il y a deux ans, ce n’était pas l’aspect de Fidjrossè. Il est important d’éviter toute distraction ainsi que la consommation de stupéfiants sur les axes routiers »,
a-t-il conseillé.  Rappelons que deux personnes décèdent par accident par jour et plus de sept cents le sont par an au Bénin, selon les statistiques rapportées par le coordonnateur Amidou Saka-Lafia.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1264 fois