Les responsables des maisons d’arrêt du Bénin sont désormais mieux outillés pour la sécurité des centres dont ils ont la charge. Ils veilleront à donner un nouveau visage à l’administration carcérale, grâce à un atelier de formation de trois jours qui a pris fin, ce mercredi 4 septembre, à Allada.

Les régisseurs et gardiens chefs des établissements pénitentiaires du Bénin ont suivi, du 2 au 4 septembre, à Allada,une formation sur la sécurité en milieu carcéral. Ils ont été sensibilisés sur les textes qui régissent l’administration pénitentiaire, les différents aspects liés à leurs missions, notamment leurs devoirs et responsabilités en matière de sécurité des pensionnaires et des infrastructures.
Tenu dans le cadre du Projet d’appui à l’amélioration de l’accès à la justice et de la reddition de comptes (Paaajrc/ Phase 2), l’atelier a porté sur un thème pertinent, en ce sens qu’il a pour finalité de « garantir un univers carcéral plus humain, plus respectueux des droits élémentaires des personnes », a indiqué le directeur adjoint de cabinet du ministre de la Justice et de la Législation, Armel Timothée
Yabit. « La question de la sécurité dans les prisons se pose avec acuité et il importe de donner aux forces intervenant dans cet univers des outils spécifiques pour qu’elles répondent au mieux aux exigences en la matière », a-t-il justifié hier à la clôture de la formation. Le représentant du ministre espère, avec cette formation, que le Bénin ne se fera plus taper sur les doigts au plan international en matière de sécurité dans les prisons et de respect des droits des personnes incarcérées.
La formation a été donnée par le directeur général de l’Agence pénitentiaire du Bénin, Jiles Sèdjro Yèkpè, assisté du capitaine de police Antoine Noukpowakou.Tout en insistant sur les notions de sécurité active et passive en milieu carcéral, le principal formateur formule le vœu d’un véritable changement au niveau de l’Administration pénitentiaire en pleine réforme. « Il n’y a pas de justice sans une bonne administration pénitentiaire, et c’est pour cela que vous devez prendre la mesure de vos responsabilités et agir en toute connaissance de cause», a lancé Jiles Sèdjro Yèkpè à l’endroit des bénéficiaires.
Au terme de l’atelier, les stagiaires, par la voix de leur porte-parole, le lieutenant Sagbo Alladassi, ont exprimé leur gratitude aux autorités en charge de la Justice pour cette initiative avant de promettre d’internaliser les acquis et de les faire répercuter sur leurs collaborateurs à la base pour la sécurité et le respect des droits de l’Homme dans les prisons civiles.
Le directeur national du Paaajrc, Flavien Akoété Sossou, assure que cette formation ne sera pas la dernière, mais que d’autres ateliers suivront pour outiller davantage le personnel des centres pénitentiaires en vue de l’accomplissement efficient des tâches à lui confiées.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 979 fois