Depuis le 26 juin dernier, les élèves du primaire et du secondaire sont officiellement en vacances. Moment de repos et de divertissement par excellence, ces vacances constituent un casse-tête pour nombre de parents qui ne savent pas toujours quelles activités proposer à leur enfant.

Si par le passé, les vacances étaient pour beaucoup d’apprenants, synonyme de retour au village pour passer de bon temps chez l’oncle, la tante ou les grands-parents, aujourd’hui, cette tradition semble avoir régressé voire disparu. Aujourd’hui, les cours de vacances, les jeux vidéo, les jeux de sport dans les rues et stades, les balades sont les principales occupations des enfants. Pour les plus nantis, les voyages et autres colonies de vacances sont privilégiés.
Dans les pays développés, il existe une culture des vacances qui amène le travailleur à mettre de l’argent de côté pour passer quelques semaines de vacances hors de son cadre habituel. Sortir l’enfant de son cadre habituel pendant les vacances est un rêve  que partagent beaucoup de parents même si tous n’ont pas les moyens de le réaliser. Du coup, beaucoup d’enfants sont contraints de rester cloîtrés à la maison devant la télévision (pour ceux qui en ont), squatter les rues pour jouer au ballon, s’adonner aux jeux vidéo ou aux balades.
Comment occuper les enfants pendant la période des vacances? Il n’y a pas d’activité-type à proposer. L’essentiel est de permettre à l’enfant de mener des activités ludiques qui lui plaisent et qui ne lui portent pas préjudice. Malheureusement, constate Gabriel Boco, psychopédagogue, certains parents imposent des jeux de leur propre fantasme aux enfants sans tenir compte des desiderata de l’enfant. « C’est maladroit », soutient-il. Jouer, c’est se projeter dehors et aucun parent ne peut trouver le jouet le plus adéquat sans la participation de l’enfant, fait-il remarquer. C’est dire que tout parent doit chercher à savoir ce qui plait et ce qui ne plait pas à son enfant, tout en essayant de raisonner ses desiderata.
Des initiatives pour occuper les enfants pendant les vacances ne manquent pas : colonies de vacances, camps de vacances et autres activités alliant divertissement et formation sont proposés, à titre payant, souvent sur plusieurs jours. Il y a des activités de socialisation qui sont bénéfiques surtout pour les enfants timides. L’objectif des vacances est de trouver un temps pour décompresser, cependant, conseille le psychopédagogue, « Il ne faut pas abandonner complètement les cahiers ». C’est dans cette optique que dans la quasi-totalité des écoles publiques comme privées, des cours de vacances sont proposés aux apprenants du primaire et du secondaire. Pour Gabriel Boco, « Il faut se méfier des cours de vacances tels qu’ils s’organisent aujourd’hui. C’est comme si l’école se prolonge ». Si l’enfant trouve à travers les cours de vacances les mêmes contraintes que l’école, cela ne lui profite pas, fait-il observer. Il faut savoir faire le dosage entre les espaces de liberté et les enseignements dispensés. Il met par ailleurs l’accent sur un autre volet dangereux des cours de vacances qui constituent parfois, des occasions de rencontres nuisibles entre élèves et enseignants et entre élèves eux-mêmes. « Ceux qui sont commis à ces cours de vacances ne sont pas toujours les personnes les mieux indiquées, et il y en a qui n’arrivent pas à maitriser leur élan sexuel et en profitent pour dévoyer les filles », se désole Gabriel Boco. C’est également une occasion où certains élèvent s’adonnent à des activités sexuelles entre eux. Du coup, ce qui devrait être un moment de divertissement et d’apprentissage se transforme parfois en cauchemar.

Tourisme local : un chantier à développer

L’idéal pour les vacances est de quitter pour quelque temps le cadre habituel, mais où aller? Le gouvernement envisage de faire du tourisme un levier important de croissance économique et de développement. En témoignent les investissements importants en cours ou à venir dans la construction et la réhabilitation de sites touristiques. A cela s’ajoutent les actions de promotion de la destination Bénin à l’international. Mais au-delà de ces initiatives, il y a lieu de mettre en place des stratégies pour développer le tourisme local. L’Agence nationale de promotion des patrimoines et de développement du tourisme travaille à mettre en valeur le patrimoine naturel, historique et culturel. «Cela passe par la création et le développement de projets touristiques innovants, qui offriront une expérience unique aux futurs visiteurs du Bénin. Le secteur privé sera amené à jouer un rôle central dans le développement de ces projets. L’agence accompagnera et apportera un soutien technique et financier à ces futurs partenaires », lit-on sur le site de l’agence. Une fois ces projets phares développés, elle aura pour mission d’assurer la promotion de la destination Bénin.
Pour l’instant, les structures spécialisées du domaine ne manquent pas d’initiatives pour faire découvrir les merveilles du Bénin aux nationaux mais malheureusement, peu de monde se bouscule à leur portillon, les coûts de ces sorties touristiques étant jugés trop élevés compte tenu du pouvoir d’achat du Béninois moyen. Seuls quelques nantis arrivent à s’offrir ces virées touristiques à travers le pays. En attendant le déploiement des actions de promotion du tourisme local, on peut déjà se réjouir de quelques initiatives comme « A la découverte des sites et richesses touristiques du Bénin» organisée par le ministère en charge du Tourisme à l’intention des meilleurs élèves admis au brevet d’études du premier cycle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 669 fois