100 017 candidats répartis dans 142 centres sur toute l’étendue du territoire national planchent dès ce jour pour l’examen du baccalauréat session de juin 2019. En prélude au démarrage dudit examen, le directeur de l’Office
Alphonse da Silva était face à la presse, hier mardi 18 juin, au siège de l’Office du baccalauréat pour faire le point de la bonne préparation de cet examen. C’était en présence des ministres Mahougnon Kakpo et Marie-Odile Attanasso et des superviseurs généraux du baccalauréat.

« Tout est fin prêt pour que tout se passe bien ». C’est ce qu’on peut retenir de la sortie médiatique du directeur de l’Office du baccalauréat, hier mardi 18 juin. Ils sont au total 100 017 candidats répartis dans 142 centres sur toute l’étendue du territoire national qui composent pour l’examen du baccalauréat session de juin 2019. Un effectif qui, selon Alphonse da Silva, est en baisse par rapport à l’année dernière. Il n’a pas manqué d’apprécier l’augmentation de l’effectif des filles à cet examen cette année. Pour lui, cela fait un pourcentage de 33,94% contrairement aux années antérieure.
« Je voudrais remercier les autorités béninoises pour nous avoir facilité les démarches et la tâche pour la préparation du baccalauréat 2019 », a-t-il ajouté.
Alphonse da Silva note que trois nouveaux centres ont été créés pour cette session du baccalauréat à savoir le Ceg Athiémé, le Ceg Akpro Missérété ainsi que le collège privé Le pharaon. Il a précisé que les superviseurs ont été déjà envoyés dans leurs centres respectifs en ce qui concerne les régions septentrionales. Pour des raisons de sécurité, le centre de Tchaourou a été délocalisé vers Banikani, nous apprend le directeur de l’Office du baccalauréat.
Le ministre de l’Enseignement secondaire, Mahougnon Kakpo a laissé entendre que cette année est une année scolaire particulière pour le Bénin d’autant plus que l’école n’a pas connu des mouvements de grève ; ce qui a permis aux enseignants de dérouler les programmes jusqu’à la fin. Il note que la plupart des programmes d’études ont été exécutés et que des examens blancs ont été organisés au cours de l’année dont un examen blanc national pour les candidats au bac et un examen blanc dans le cadre de l’espace Uemoa.
« Les résultats que nous avons obtenus au terme de ces examens blancs nous donnent le droit d’espérer de meilleurs résultats à la fin du baccalauréat», a-t-il souhaité. Mahougnon Kakpo précise que le Bénin dispose d’une direction de l’Office du baccalauréat avec un personnel assez qualifié et rodé dans l’organisation de cet examen ; ce qui fait du pays, dans la sous-région, un pôle de compétence dans ce type d’organisation. Il rassure les parents d’élèves et les candidats de ce que toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement de l’examen.
A sa suite, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Marie-Odile Attanasso a salué l’engagement du directeur de l’Office du Baccalauréat et de ses collaborateurs pour la bonne préparation de l’examen. Elle a exhorté les surveillants et superviseurs de centres à jouer correctement leur partition pour que tout se déroule dans de bonnes conditions et sans anicroche. « Nul ne peut se développer si nous n’avons pas des cadres de qualité, un capital humain de qualité » a-t-elle martelé.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 814 fois