Le ministère du Tourisme, de la Culture et des Sports (Mtcs) a organisé du 30 mars au 1er mai dernier, pour la deuxième fois consécutive, le Tournoi de football des Institutions de la Fonction publique (Tifop 2019) qui a sacré championne l’équipe du ministère de l’Economie numérique et de la Communication (Menc). Une prouesse sur laquelle revient le secrétaire général du Syndicat national des travailleurs du Menc, Toundé Seth Amon Dèdèhouanou, l’un des artisans de cette belle odyssée couronnée de succès. Il fait également part des ambitions de cette équipe et de sa vision pour le football au Bénin en général.

Quel est le mot pour qualifier le titre de champion du Tifop que votre équipe a remporté le 1er mai dernier ?

Enorme, vraiment énorme ! Nous avions fait un parcours sans faute, six matchs, six victoires, neuf buts marqués et un but encaissé ; nous avions rencontré des adversaires redoutables mais nous avions toujours pris le dessus. Toutefois, nous ne pouvons pas oublier le quart de finale face au ministère des Infrastructures et des Transports remporté sur le fil aux tirs au but.

Votre équipe est la meilleure des institutions de la fonction publique au titre de l’année 2019. Quel est le modèle sportif qui fait votre réussite aujourd’hui ?

Meilleure, bon ! Je préfère dire que nous sommes tout simplement champions ; vous savez, seul le travail paie. Il y a de cela trois ans exactement, lorsque mon équipe a pris les rênes du Syndicat des travailleurs du ministère de l’Economie numérique, nous avions opéré des réformes au niveau du football en passant des tournois à cinq dits « petits camps » à de véritables tournois à 11. Certains collègues n’y croyaient pas mais avec le temps, nous avions réussi à faire révéler des talents au sein du personnel. Ainsi, en 2016, notre équipe a été éliminée dans les phases de poule dans l’ancienne version du Tifop. En 2017, nous avions mis l’accent sur l’encadrement des joueurs et la mise en jambes à travers la participation au Tournoi Foot Tic et à l’ancienne version du Tifop. Nous avions échoué en quart de finale au niveau de l’ex-Tifop et en demi-finale de Foot Tic face à Mtn Bénin qui a été plus loin vainqueur du Tournoi. Les échecs successifs de 2017 avaient pour cause un mauvais coaching. Nous avons alors recruté un entraîneur de première division, Géraldo
Ibrahim, dès la saison 2018 durant laquelle nous avions été hissé au 3e rang. La détection des talents dans toutes les structures du ministère, leur travail hebdomadaire et le coaching de Géraldo Ibrahim ont été les clés de succès de notre équipe ces deux dernières années.

Vous rêvez désormais de devenir une référence en matière de football au Bénin. Partagez avec nous vos projets ?

Ce sont les rêves qui nous permettent de surpasser nos limites. Et nous devrions accompagner le chef de l’Etat et surtout le ministre Oswald Homeky qui est une référence pour nous jeunes, aujourd’hui. Grâce à leurs ambitions de développer le sport au Bénin, les fonctionnaires ont réveillé leurs talents footballistiques et se portent désormais mieux pour bien réfléchir aux missions qui leur sont assignées dans leurs départements ministériels respectifs. Nous devrions accompagner cette initiative du gouvernement afin d’apporter notre pierre à la construction de notre nation. Et pour cela nous comptons mettre le numérique au service de la formation et de l’identification des talents au plan national. Nous vous reviendrons très bientôt avec plus de détails sur nos projets innovants pour accompagner le chef de l’Etat, le président Patrice Talon.

Votre mot de la fin ?

Je tiens à remercier tout le staff de l’équipe du Menc, les joueurs, les autorités à divers niveaux du ministère, les bonnes volontés et les sponsors qui nous accompagnent. L’engagement de tous est nécessaire pour relever les défis futurs et concrétiser les ambitions que nous partageons tous. Je rêve que nous ayons le
Menc Fc avec des joueurs professionnels qui pourront hisser notre équipe en première division d’ici quelques années à l’instar de Aspac, Mogas 90 ...

Propos recueillis par Roger DOUBOGAN
(Collaboration Extérieure)

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 613 fois