(L’apothéose de la célébration prévue à fin juin à Houlènou)
Nonvitcha, a 98 ans, cette année. Occasion pour les Xwla et Xwela et leur diaspora de célébrer, du 7 au 9 juin dernier à Grand-Popo, dans le Mono, les vertus de la fraternité et faire le vœu de rehausser le label du creuset. L’apothéose de cette célébration est prévue pour fin juin à Houlènou, dans la commune de Sèmè-Podji.

La 98e édition de Nonvitcha a été marquée par une conférence-débat autour du thème « histoire de Grand-Popo de 1985 à nos jours » et le lancement du livre, "Si Nonvitcha nous était conté" signé du professeur d’université Guy Ossito Midiohouan. Recueil de témoignages illustrés de Pascal Houessou Amoussou alias papa Nonvitcha, le livre lui est consacré en signe d’hommage pour sa contribution au rayonnement de l’association qui va totaliser en 2021 un siècle de vie.
A la phase officielle de la célébration, dimanche dernier, les participants se sont préoccupés suffisamment de l’avenir de Nonvitcha après ce centenaire. Ce fut déjà le cas au cours du culte présidé par l’évêque du diocèse de Lokossa en l’église Saint-Joseph de Grand-Popo comme à la plage Nonvitcha, qui a abrité les manifestations officielles. Ils ont envisagé cet avenir plus radieux porté sur le développement. Expliquant dans son homélie, comment Dieu guérit l’humanité de la cacophonie de Babel, à travers le souffle de Pentecôte, pour permettre aux hommes de se comprendre malgré la diversité de langues, l’évêque conclut que la coïncidence de la célébration de ce mystère avec Nonvitcha est évocatrice de ce que doit être celle-ci. Mgr Victor Agbanou poursuit que Nonvitcha n’est pas la chasse gardée des Xwla et Xwela. « Elle est aussi pour les fon, les adja, les bariba, bref tous les locuteurs des différentes langues de cette terre », clame l’évêque Victor Agbanou. Le prélat invite donc au resserrement des liens de fraternité en vue de construire ensemble le Bénin et Grand-Popo en particulier.
Ses propos vont transparâitre à la plage Nonvitcha dans une ambiance culturelle entretenue par des groupes folkloriques et la récitation de panégyriques des lignées Ahouango et Xwela Dagboe. Au-delà de la célébration de la fraternité, Nonvitcha se positionne comme un véritable outil de développement, reconnaît le maire qui invite à en cerner toutes les potentialités en vue d’engager Grand-Popo dans la marche d’une commune autonome. Anani Hlondji soutient qu’il s’agit d’une dette des ressortissants de la ville balnéaire, en particulier, à l'endroit de leur commune natale en proie notamment, rappelle-t-il, à l’érosion de son territoire.
Faisant savoir que les instances dirigeantes de l’association adhèrent au renforcement de la contribution de Nonvitcha au développement des fils et filles de l’aire culturelle Xwela et Xwla d’un côté et de leurs communautés, de l’autre, le président du bureau exécutif fédéral affirme que l’heure a sonné pour une nouvelle dynamique. Celle de mettre un peu plus leur fraternité au service du développement, a-t-il laissé entendre en insistant, à son tour, sur le resserrement des liens de fraternité et la promotion des vertus qui les caractérisent au sein de Nonvitcha. «Bien qu’elle suscite sympathie et inspire, nous devons améliorer l’image de notre label Nonvitcha et la rehausser », soutient Norbert Kassa. Pour ce faire, explique-t-il, un comité de réflexion se met en place. Il n’a pas manqué de rappeler que l’association adjoint, depuis quelques années, un volet social à son programme de fête annuelle. Saisissant l’occasion, il a levé un coin de voile sur le bilan de son bureau avant de donner le top des réjouissances populaires au cours desquelles s’est laissé découvrir un riche patrimoine matériel et immatériel dont les spécialités culinaires.

Volet social

Au chapitre du volet social de la présente édition, le président énumère, entre autres, la mobilisation de 100 gilets destinés aux pêcheurs de Grand-Popo et de Sèmè-Podji, la construction de la clôture du Collège d’enseignement général d’Agblangandan ainsi que l’octroi de 75 tables-bancs aux établissements scolaires et la dotation des centres de santé en divers équipements médico-sanitaires.
A noter que cette célébration organisée par l’équipe d’André Koukoui, 3e vice-président de l’association, a commencé par une séance de prière à la mosquée d’Onkuihoué suivie des libations et d’une messe en mémoire des défunts, notamment les pères fondateurs de l’association. Avec le même programme, les festivités vont se poursuivre, du 28 au 30 juin prochain à Houlènou, dans la commune de Sème-Podji où il est prévu l’apothéose de cette 98e édition de la fête de retrouvailles des Xwela et Xwla. Le maire de Sèmè-Podji, Charlemagne Honfo a effectué, lui aussi, le déplacement de Grand-Popo ainsi que les ministres Oswald Homeky et José Tonato. Des députés de la 8e législature et plusieurs autres cadres et acteurs politiques n’étaient pas du reste.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 656 fois