Portes closes sur la première session criminelle du Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Comme prévu, 18 dossiers ont été vidés au total. Lors d'un point de presse qu’il a donné, hier mardi 21 mai au Parquet, le procureur de la République près le Tpi de Cotonou, Elon'm Mario Metonou, a fait le point des travaux.

Cinq dossiers de viol, quatre dossiers de vol à main armée, trois dossiers d'assassinat, deux dossiers de coups mortels, deux dossiers de meurtre, un dossier de non dénonciation de crime et un dossier d'avortement suivi de mort ; ainsi se présente la nomenclature des affaires dont a connu le Tribunal de première instance de Cotonou, siégeant pour la toute première fois en matière criminelle. Ces dix-huit dossiers jugés ont fait comparaître plusieurs accusés. « Le Tribunal a jugé effectivement 32 personnes et a prononcé les peines suivantes : deux acquittements, dix-huit condamnations à des peines d’emprisonnement à temps allant de trois à vingt ans, douze condamnations à perpétuité », fait savoir le procureur de la République près le Tpi de Cotonou Elon'm Mario Metonou. Il indique que la tenue des audiences criminelles au Tribunal n’a été rendue possible que grâce à l’évolution du droit pénal intervenue en République du Bénin le 18 mai 2018. Par conséquent, les personnes qui ont été jugées par le Tpi de Cotonou statuant en matière criminelle ont désormais le droit d’interjeter appel des décisions rendues contre elles. « La mise en œuvre de ce double degré de juridiction est un pas important dans le renforcement des droits de la défense », souligne le procureur Mario Metonou. Ainsi s’achève l’acte 1 du Tpi statuant en matière criminelle. Pour procéder à une évaluation de cette première expérience, les magistrats du Tpi de Cotonou se réunissent ce jour mercredi 22 mai en assemblée générale.

Travail d’équipe, travail réussi !

La clôture de la présente session criminelle du Tribunal de première instance de Cotonou a été l’occasion pour le procureur Elon’m Mario Metonou de saluer l’engagement de toutes les parties prenantes. Il le reconnaît sans ambages : « La réussite de la session criminelle qui s’est achevée est le résultat du travail acharné de plusieurs acteurs ». Il citera, en l’occurrence, les magistrats du siège et ceux du parquet pour leur sens de la justice et de l’abnégation, les avocats et notamment le bâtonnier Yvon Détchénou pour les commissions d’office au profit des accusés les plus démunis, le personnel non magistrat et les greffiers pour leur bonne volonté, les officiers de police judiciaire et les experts qui ont travaillé à la mise en état des procédures puis la presse pour sa contribution non seulement à l'information et à l'éducation des concitoyens mais aussi à la prévention du crime. Le procureur n’a pas manqué de remercier, en particulier, le ministre de la Justice et de la Législation pour son engagement. Il profitera de l’occasion pour exprimer l’appel du corps magistrat en faveur de la mise à disposition d’un budget spécial pour l'organisation des sessions criminelles à venir. La prochaine session criminelle du Tpi de Cotonou est d’ailleurs prévue pour se tenir au mois de juillet 2019.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1031 fois