La décision gouvernementale, de mettre aux enchères, dans leur état actuel, les logements économiques et sociaux non encore attribués, a rencontré l’adhésion de la population. Une adhésion massive traduite par l’enregistrement de plus de 3 300 dossiers d’offres de prix d’acquisition.

Les potentiels acquéreurs ont jeté leur dévolu sur toutes les villes où l’Agence foncière de l’habitat (Afh) n’a pu attribuer la totalité des villas construites dans le cadre du programme
« 10 000 logements économiques ». Ainsi, leurs offres de prix portent sur les logements réalisés dans les villes de Parakou, Abomey-Calavi, Adjarra et Lokossa.
Le dépôt des offres ayant pris fin, le 27 mars dernier, le point de cette première phase de l’inédit mécanisme d’enchères fait état de 3 300 dossiers convoyés des différentes structures du ministère en charge du Cadre de vie. Et de cette abondante moisson, se dégagent spécifiquement pour Lokossa 240 propositions de potentiels acquéreurs. Ce point a été présenté, à la préfecture de Lokossa, en marge des travaux de la session d’avril de la Conférence administrative départementale du Mono.
A Lokossa, 99 villas non attribuées sont en état de dégradation depuis une dizaine d’années sur les sites de Fongba et d’Agnivèdji. Au total, 100 logements y étaient construits, en 2009 pour marquer le 49e anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale. Mais au décompte, un seul a pu être attribué jusqu’à ce jour. Les logements construits sont de type F2 (250 m2), F3 (300 m2) et F4 (350 m2) à l’instar des autres villes impactées par le programme. Le type F3, par exemple, qui est un modèle intermédiaire entre les deux autres et érigé sur une superficie de 300 m2, est constitué de deux chambres à coucher, d’une salle d’eau, d’une cuisine puis d’une terrasse de 2,96 m2.
Cette première phase fera place au dépouillement et à l’attribution des villas aux meilleures offres de prix. Le cahier des charges dispose, entre autres, au titre des modalités du mécanisme, l’obligation pour les acquéreurs de réhabiliter les logements dans un délai de 12 mois à compter du jour de la signature de l’acte de vente en l’étude des notaires commis.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1060 fois