Une délégation de la Plateforme de la société civile pour des élections libres et transparentes était, vendredi 15 mars dernier, au cabinet du président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou. C’est pour s’assurer de la tenue à bonne date et dans un climat apaisé des législatives d’avril prochain.

« Nous avons eu près d’une heure de discussion avec le président de la Cour constitutionnelle qui nous rassure. Ce que nous avons appris et entendu nous permet de raffiner notre stratégie, de raffiner nos sensibilisations vis-à-vis de nos compatriotes pour apaiser la tension », a affirmé la présidente de la Plateforme de la société civile pour des élections libres et transparentes, Fatoumatou Batoko Zossou, après leurs échanges avec le professeur Joseph Djogbénou. Composée de représentants d’associations professionnelles et d’organisations non gouvernementales, la Plateforme de la société civile pour des élections libres et transparentes était, en effet, allée exprimer, au président de la Haute juridiction, ses inquiétudes relatives aux législatives du 28 avril prochain. « Nous avons voulu savoir les dispositions prises par la Cour constitutionnelle pour que les élections soient inclusives et nous rassurer de ce qu’elles vont se dérouler à bonne date », fait savoir Fatoumatou Batoko Zossou. Elle ajoute que la délégation s’est aussi intéressée aux dispositions prises par la Cour pour apaiser la tension. Car l’objectif de la plateforme, c’est de voir des élections libres et transparentes dans un climat apaisé. « Nous partons satisfaits, rassurés que la Cour constitutionnelle va jouer sa partition pour des élections apaisées », va-t-elle conclure.
Entre autres membres de la délégation, le président de l’Ong Alcrer, Martin Assogba, le président de Task Force citoyenne de la Cédéao Gustave Assah.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1408 fois