Les femmes sont sous les feux de la rampe, ce vendredi 8 mars partout dans le monde entier. Cette année, les acteurs misent sur l’innovation et la technologie pour porter les droits des femmes et promouvoir l’égalité des sexes.

Les femmes sont sous les feux des projecteurs ce vendredi 8 mars, journée consacrée à la célébration de leurs droits à l’échelle internationale. Cette année marque la quarante-deuxième édition de cet évènement célébré officiellement au Bénin pour la première fois en 1995.
Pour le compte de la présente édition, l’Onu invite les femmes à "penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement". Cette thématique met l’accent sur des propositions à formuler basées sur des moyens innovants permettant de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans les domaines de protection sociale, l’accès aux services publics et la construction d’infrastructures durables. Ce thème est en lien avec les objectifs de développement durable (Odd) et mise également sur l’autonomisation des femmes.
Selon l’Onu-femme, « la réalisation des Odd exige des changements transformateurs, des approches intégrées et de nouvelles solutions, en particulier lorsqu’il est question de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation de toutes les femmes et des filles». Toutefois la situation actuelle de la gent féminine peine encore à rassurer de l’atteinte des objectifs à l’échéance des Odd, en 2030.
Au Bénin, en Afrique et dans le monde, les femmes contrinuent de souffrir le martyre et de subir des discriminations accrues. Il est inutile de revenir sur les phénomènes de violences faites aux femmes, de l’excision, du mariage infantile ou encore du non- maintien des filles à l’école. Des phénomènes quiassombrissent très tôt l’horizon des victimes.
Que dire des femmes rurales, les grandes oubliées des discours de promotion de la femme, dont le poids démographique et l’apport au développement sont indéniables ?
L’avènement des Odd annonce un soulagement, notamment les Odd 5, 10, 4 et 8 qui abordent respectivement la question de la lutte contre les discriminations, les inégalités, la promotion de l’éducation pour tous et de l’autonomisation des femmes. Sauf qu’à l’heure du bilan à mi-parcours, le compte est loin de combler les attentes des femmes et des défenseurs de leurs droits.
« L’observation des courbes actuelles laisse entrevoir que les actions en cours ne suffiront pas pour l’instauration d’une planète 50-50 d’ici 2030. Des approches novatrices, capables de rompre avec le statu quo sont essentielles pour éliminer les obstacles structurels et faire en sorte qu’aucune femme ni aucune fille ne soit laissée de côté », propose l’Onu-Femme.
L’institution exhorte par ailleurs les femmes à être plus visibles dans les domaines restés jusque-là l’apanage des hommes. « L’innovation et la technologie offrent, certes, des possibilités sans précédent, mais les tendances font apparaître une fracture numérique croissante entre les sexes, les femmes étant sous-représentées dans les domaines de la science, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques et le design », observe-t-elle. « Que l’on parle des services bancaires mobiles, de l’intelligence artificielle ou de l’internet des objets, il est essentiel que les idées et les expériences des femmes interviennent également dans la conception et la mise en œuvre des innovations qui façonneront les sociétés de demain »,
poursuit la même source.
La présente édition de la Journée internationale de la femme ouvre une nouvelle page à l’innovation technologique où des filles et des femmes pourront se mettre en évidence. « La Jif 2019 s’adressera aux grands de l’industrie, aux start-up, aux entrepreneurs sociaux, à toutes celles qui militent en faveur de l’égalité des sexes, ainsi qu’aux femmes innovatrices, afin d’envisager comment l’innovation peut aider à éliminer les obstacles et à accélérer le progrès vers l’égalité des sexes, encourager les investissements dans des systèmes sociaux sensibles à la dimension genre et bâtir des services adaptés aux besoins des femmes et des filles »,
renseigne l’Onu-femme.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1130 fois