Conformément aux dispositions de l’article 76 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (Cnudm), le Bénin a été appelé à présenter son argumentaire sur l’extension du plateau continental du Togo et du Bénin, faisant suite au vœu des deux Etats d’étendre leur plateau continental au-delà de 200 miles marins. Pari réussi suite aux argumentaires développés par les experts commis.

Jeudi 07 février dernier, des experts béninois ont planché à New York pour l’extension du plateau continental au-delà de 200 miles marins du Bénin et du Togo. Commis à cet effet, Cyrille Gougbédji, Ayité Marcel Baglo, Jean Jacques Atchadé ont fait une présentation sur la détermination de la limite extérieure du plateau continental du Bénin et du Togo, l’identification du pied du talus continental, l’application de la formule d’épaisseur des sédiments permettant de définir le rebord externe de la marge continentale, la validation du fait que les points ainsi créés correspondent aux points fixes délimitant la limite extérieure du plateau continental, en confirmant qu’ils se trouvent du côté terrestre, preuve que ces points ne sont pas éloignés de 60 miles marins…
Très technique, la présentation de la délégation béninoise aura permis, au regard des données scientifiques géomorphologiques et bathymétriques produites, à suffisance, que les deux Etats satisfont aux critères exigés par le droit de la Mer pour obtenir de la commission spécialisée l’avis favorable afin d’étendre leur plateau continental. Scientifiquement, le contexte géologique a été la porte d’entrée de la ligne de plaidoirie desdits experts et d’argumentaires des deux pays. Leur analyse des résultats a débouché sur des informations scientifiques favorables à l’extension du plateau continental des deux pays. Ces éléments, bien documentés par l’équipe d’experts, plaident à satiété pour la cause du Bénin et du Togo. On peut donc dire que Cyrille
Gougbédji, docteur en droit et expert international des questions de protection de l’environnement, de l’espace maritime et de la gouvernance publique ; Ayité Marcel Baglo, expert des questions de l'environnement et des frontières, Jacques Jean Atchadé, ingénieur réservoir, ainsi que madame Zelma Yollande Nobre Fassinou, ingénieur ; Tinantikpa N'Tcha, ingénieur ; et par ailleurs, messieurs André Djoi, Akpé Cocou Marius Loko, ont rempli la mission à eux confiée. Les délégations ont bénéficié de l’appui des représentants permanents des deux Etats auprès des Nations Unies dont les interventions ont montré l’importance de ce dossier pour le Bénin et le Togo. Les deux pays ont également bénéficié des fonds fiduciaires de la coopération allemande. Il faut rappeler que le 21 septembre 2018, le Bénin et le Togo ont transmis à la commission compétente des Nations Unies des informations relatives à leur plateau continental et ont formulé la requête conjointe de leur extension au-delà des 200 miles marins.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2133 fois