Le gouvernement a mis au cœur de ses actions, le développement de l’écosystème numérique. Il veut en faire un levier important de la réduction de la pauvreté et de la croissance économique. En témoigne sa volonté de dématérialiser les formalités relatives aux marchés publics. L’objectif est d’assurer l’égalité des chances à tout le monde.

A travers ses différentes actions, le gouvernement tient à cœur le bien-être de chacun et de tous. Ce souci, le ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni, a tenu à le rappeler, samedi 19 janvier dernier, aux membres de la communauté universitaire de Parakou.
« Que ce soit les réformes initiées ou les investissements engagés, l’objectif est de s’assurer que les infrastructures de base existent. Et que, tous les citoyens, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, jouissent d'une égalité des chances », a insisté le ministre. « En matière de santé, d’éducation et face aux diligences nécessaires pour développer des activités économiques, que chacun ait droit à la même sécurité », a poursuivi Romuald Wadagni, tout en reconnaissant qu’il reste beaucoup à faire. D’où, selon lui, le sens de responsabilité.
« Entre la réalité de ce que nous faisons et la réalité de ce qu'il reste à faire, puis la perception que chacun a, il y a un écart qu’il faut qu’on s’évertue à combler », a expliqué le ministre. «A l’heure du numérique, il est impérieux que chaque jeune, qu’il soit à Parakou, Natitingou ou ailleurs, ait la même égalité des chances pour l’accès aux marchés publics », a-t-il indiqué, se faisant plus explicite. Désormais, ils n’auront plus à se soumettre aux formalités administratives et autres tracasseries qui les obligeaient à se déplacer et à payer pour avoir les cahiers des charges, ou les déposer. « Dès cette année, avec les progrès faits grâce au développement du numérique, il est possible d’avoir quasiment l’ensemble des pièces administratives exigées pour répondre à un appel d’offres en ligne », a annoncé le ministre. « Sans se déplacer, vous pouvez désormais avoir accès à l’ensemble des marchés publics, télécharger gratuitement les cahiers de charges, assister aux ouvertures. Grâce aux avancées technologiques et aux investissements effectués au niveau du numérique, à partir du second semestre, il y aura la possibilité de répondre directement en ligne dès ce semestre », a-t-il promis. Mieux, à partir de 2020, son ministère mettra en place le système d’évaluation totalement dématérialisé des procédures liées à l’exécution des marchés publics. « Plus besoin de solliciter quelqu’un pour gagner un marché. Il n’y aura que des formulaires à remplir, à faire ses propositions, à assister en direct sur son téléphone à l’ouverture des plis et à l’annonce du résultat », a averti Romuald Wadagni.
Tout comme la déclaration fiscale, l’immatriculation à l’Ifu peut aussi se faire en ligne. Grâce également au ministère de l’Economie et des Finances, la collecte des taxes en ligne est dans sa phase pilote au niveau de la mairie de
Parakou. Très prochainement, elle sera élargie aux 76 autres communes.
En revenant à Parakou, samedi 19 janvier dernier, Romuald Wadagni n’a pas pu cacher son émotion. La dernière fois qu’il a mis ses pieds dans la ville, c’était en décembre 1989. Soit, près de 30 ans. Depuis son entrée au gouvernement, plus d’une fois, a-t-il indiqué à l’assistance, il a fait le programme de venir leur expliquer ce que fait son ministère, ainsi que l’esprit des nombreuses réformes engagées.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2433 fois