Il est depuis quelque temps très en vue à Bohicon et environs. Il ne passe plus inaperçu dans la ville carrefour. Lui, c’est Fernand Nathan S. Agbahoungba. Un jeune qui révolutionne les habitudes alimentaires jusque-là source de beaucoup de problèmes de santé. Il a été distingué, le dimanche dernier, à travers le trophée Djembé 2019.

La santé par les aliments, c’est son leitmotiv depuis quelque temps. Un tour à son cabinet, et on remarque avec stupéfaction le monde fou qui y afflue tous les jours pour recevoir conseils et assistance. Pour Nathan Sèwlan Agbahoungba, il faut vivre naturellement et simplement car, tous nos ennuis de santé découlent de la mauvaise alimentation. « Nous nous tuons à feu doux sans le savoir avec la mauvaise alimentation répandue de nos jours. Conséquence, tout le monde souffre aujourd’hui de l’hypertension, de diabète, de faiblesse sexuelle, de frigidité et surtout d’arthrose », explique-t-il.
Face à cette foule de personnes déprimées, ramollies par les affres de la maladie, le naturopathe Nathan Sèwlan Agbahoungba propose « une hygiène de vie qui implique un changement radical d’habitude alimentaire ». Ce sont ces efforts d’assistance aux personnes souffrantes qui ont été salués, dimanche dernier, à Bohicon par le prix Djembé. Il a été distingué pour ce qu’il fait au sein de son centre de recherche en naturopathie "Secours-vie".
Le prix Grand Djembé de la santé lui a été décerné, à l’occasion de la 9e édition des trophées Djembé de l’excellence. Pour le promoteur, Wilfried Zodéougan, « cette célébration vise à promouvoir l’excellence dans plusieurs domaines, afin de mettre la jeunesse au cœur de la révolution entrepreneuriale. Ce trophée est décerné à l’homme qui révolutionne les habitudes alimentaires chez nous et pour la qualité de son accompagnement à la population, surtout la méthode naturelle pour la guérison ».
Le naturopathe Nathan Sèwlan Agbahoungba fait observer que l’arthrose, l’hypertension, la mauvaise circulation du sang, le diabète, la prostatite, la maladie des nerfs sont, entre autres pathologies qui tuent aujourd’hui les gens parce qu’ils s’alimentent mal. A l’en croire, le monde d’aujourd’hui s’est beaucoup occidentalisé. Et la conséquence en est que les médicaments et autres produits pharmaceutiques issus des laboratoires des grands pays ont montré leurs limites dans la gestion et la prise en charge des maladies psychiques, psychosomatiques et dégénératives. Face à cet échec de la médecine occidentale, il propose en guise de solution un changement d’habitude alimentaire. Puis, avertit-il, « la nourriture est comme le carburant dont a besoin notre corps pour bien fonctionner. Si elle est de mauvaise qualité, c’est sûr qu’elle nous conduira à des maladies puis à la mort ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1979 fois