Dans le cadre de la composante « Facilité énergie propre hors-réseau (Ocef) » du programme Mca-Bénin II, sera bientôt lancé un deuxième appel à propositions de projets. Des potentiels soumissionnaires ont été informés, à la faveur d’un atelier tenu ce mardi 4 décembre à Cotonou, des modalités et critères d’éligibilité à ce fonds du projet « Accès à l’électricité hors-réseau ».

Dans les prochains jours, le programme du Millennium Challenge Account– Bénin II (Mca-Bénin II) lancera un deuxième appel à propositions de projets pour la Facilité énergie propre hors-réseau (Ocef), suite au premier qui s’est déroulé du 22 février au 22 mai derniers. Huit projets avaient été retenus et deux mis en réserve sur une quarantaine de soumissionnaires. La signature du premier accord de cofinancement est prévue pour le premier trimestre 2019. Au moins, 20 millions de dollars seront mis sur la table pour booster le secteur des énergies renouvelables et permettre à la population béninoise encore sans électricité de sortir du noir, laisse entendre le directeur résident du Millenium Challenge Corporation (Mcc), Christopher Broughton.

Afin de permettre aux responsables d’organisations et d’institutions, potentiels soumissionnaires, de s’imprégner des objectifs, priorités, critères et procédures de sélection, l’équipe de coordination du programme a initié une rencontre d’information, d’échanges et de partenariat des parties prenantes qui s’est tenue hier à Cotonou.
L’Ocef est « un fonds à frais partagés d’un montant total de 32 millions de dollars US pour le cofinancement de projets bancables d’énergie hors-réseau et d’efficacité énergétique dans quatre principaux domaines ou fenêtres, notamment l’Energie pour les infrastructures publiques essentielles, les mini-réseaux électriques, les systèmes solaires à usage individuel ou communautaire et les mesures d’efficacité énergétique ». Ce projet de cinq ans (2017-2022) est en cohérence avec la stratégie nationale d’amélioration de la couverture énergétique du Bénin. Si le premier appel à projets n’avait pas pris en compte la fenêtre « Production et distribution décentralisée d’énergie », tous les quatre volets sont, cette fois-ci, concernés, suite à l’adoption par le gouvernement de la politique et de la stratégie nationale d’électrification hors-réseau et des outils de mise en œuvre de cette politique à savoir le plan directeur et le plan réglementaire y afférents. Le coordonnateur du Mca-Bénin II, Gabriel Dégbègni s’en réjouit et salue la prise du décret n°2018-415 du 12 septembre 2018 portant règlementation de l’électrification hors-réseau en République du Bénin.

Eligibilité

Le deuxième appel à projets de l’Ocef servira d’initiative pilote pour l’opérationnalisation du nouveau cadre qui régit désormais l’électrification hors-réseau au Bénin. C’est donc une « grande opportunité » à saisir, indique le coordonnateur de Mca-Bénin II, invitant les soumissionnaires potentiels à mutualiser leurs complémentarités. Gabriel Dégbègni les a exhortés à nouer en conséquence des partenariats gagnants-gagnants en vue de proposer des projets novateurs et porteurs, susceptibles de répondre efficacement à la demande en énergie électrique des concitoyens.
Le chef d’équipe de l’Ocef, Robert Van Der Plas, insiste sur les caractères rentable (taux de rentabilité économique supérieur à 10 %), viable et durable (15 ans et plus) des projets à soumettre avec des plans d’affaires, financier précis prenant en compte la protection de l’environnement, le genre, l’inclusion sociale, la santé et la sécurité. Les projets non conformes aux objectifs du Mca-Bénin II et des projets pilotes de recherche ne sont pas éligibles, ajoute-t-il.
Le cofinancement de l’Ocef prend en charge entre 25 et 75% des investissements éligibles selon le plan d’affaires. Les montants d’appui varient de 100 000 à 5 millions de dollars US selon les fenêtres.
La durée de mise en œuvre des projets à soumettre ne peut pas excéder 24 mois. Le soumissionnaire doit être une personne morale : une organisation, une collectivité locale décentralisée, une Ong, une entreprise privée béninoise ou étrangère, mais avec des opérations ou l’intention d’établir des opérations au Bénin, indique, pour sa part, Dario Cesareo, gestionnaire des subventions de l’Ocef. Les personnes physiques, les partis et groupes politiques sont exclus. Une structure ne peut soumettre qu’une seule demande par volet du Fonds .

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2091 fois