La Commission électorale nationale autonome (Céna) organise, les 28 et 29 novembre 2018 à Cotonou, un atelier d’appropriation des lois portant code électoral et charte des partis politiques en République du Bénin. Cette rencontre qui réunit divers acteurs dont des experts électoraux, des représentants de la Société civile a été ouverte hier par Emmanuel Tiando, président de la Céna.

Dans la perspective des législatives de 2019, la Commission électorale nationale autonome (Céna)et les acteurs impliqués s’approprient les textes. C’est à travers un atelier pour mieux cerner les contours et implications de la loi portant charte des partis politiques et de celle portant code électoral en République du Bénin.

En procédant à l’ouverture de la rencontre, Emmanuel Tiando, président de la Céna, note que les législatives de 2019 interviennent dans un contexte de profondes réformes du paysage politique et de l’adoption des lois qui régissent l’organisation des élections au Bénin. Face à ces innovations, trouve-t-il, il convient que toutes les parties prenantes impliquées dans la gestion du processus électoral soient mises au même niveau d’information et aient la même compréhension de ces textes de lois. Mettant l’accent sur le code électoral, Emmanuel Tiando relève que certaines dispositions du cadre juridique régissant les élections sont inédites. Entre autres, il mentionne la certification des procès-verbaux de compilation de résultats, la prise en compte de la notion de 10% des suffrages sur le plan national dans l’attribution des sièges, la confection des enveloppes en matière inviolable ou des enveloppes utilisées autrefois et qui, pour être scellées, nécessitent l’usage de la cire.
Par rapport à la réforme du système partisan, des dispositions confèrent plus de responsabilités à la Céna dans la mise en œuvre des droits politiques du peuple souverain. «Le législateur a décidé de confier désormais à la Céna la mission du suivi et du financement des partis politiques», poursuit-il.
Revenant à l’atelier, le président de la Céna indique qu’il permettra aux participants, sur la base des communications et échanges, de lever toute équivoque quant à la compréhension des innovations apportées au code électoral et à la charte des partis politiques.Les participants pourront également appréhender les implications matérielles et financières des réformes du cadre juridique des élections. Enfin, la rencontre leur donnera l’opportunité de mieux cerner les rôles et responsabilités de chacune des institutions impliquées dans l’organisation des élections. A l’en croire, « la fonction majeure d’une élection démocratique est de créer les conditions favorables à l’expression des diversités politiques . Ceci, grâce à la mise en œuvre de mécanismes fondés sur la transparence, l’impartialité, l’équité et la crédibilité.
Au cours des travaux, les participants auront droit à des communications telles que Rôle des parties prenantes au processus électoral ; Régulation de la campagne électorale face à la problématique des réseaux sociaux ; Processus de gestion des résultats par la Céna ; Processus de gestion des résultats par la Cour constitutionnelle ; Innovations de la charte des partis politiques ; Innovations du code électoral et présentation de l’application de recherche automatique sur le code électoral et la charte des partis politiques. Un rapport sanctionnera la fin des travaux prévue pour ce jour.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1943 fois