Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique (Misp), Sacca Lafia a procédé ce mardi 27 novembre au lancement de la plateforme Rapid Pro. C’est un outil destiné à faciliter les déclarations de naissances sur toute l’étendue du territoire national.

Bonne nouvelle pour les familles béninoises ! La déclaration des naissances est désormais exempte de toutes tracasseries. La plateforme Rapid Pro, fruit du partenariat entre le gouvernement et l’Unicef, offre des facilités dans ce sens. C’est un outil qui permet aux populations les plus isolées de pouvoir déclarer les naissances de leurs enfants via Sms à partir de n’importe quel téléphone portable. Il est accessible par le numéro 132 sur les réseaux Gsm à travers l’envoi de « Nais » ou « nais ». L’ambition est d’utiliser les services du numérique pour améliorer la collecte des données statistiques sur l’état civil.
Le lancement de Rapid Pro marque la volonté du gouvernement d’assainir et de moderniser le système national de l’état civil. « La plateforme Rapid Pro donne l’occasion de déclarer instantanément les naissances, de planifier et d’enregistrer les actes établis », souligne le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Sacca Lafia.
Selon le représentant résident de l’Unicef, Claudes Kamenga, Rapid Pro est un outil visant à répondre aux défis de l’enregistrement des naissances. « Avec cette plateforme, le Bénin fait un pas de plus vers l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour résoudre les problèmes des enfants, se réjouit-il.
Cet outil revêt un enjeu majeur pour le Bénin en raison des disparités observées à l’état civil entre les régions. Si le taux d’enregistrement des naissances au Bénin a connu ces dix dernières années, une augmentation de près de 25 points passant de 60% en 2006 à 84,8% en 2014, des écarts subsistent entre les régions, notamment les communautés rurales du Nord. Pendant que le taux national est de 80%, l’Alibori affiche un taux de 42,3%, relève le directeur général de l’état civil, Abdon Marius Mikpon’Aï.
Dans les régions du Nord, seulement 48% disposent d’acte de naissance et à peine 30% des communes transmettent régulièrement leurs statistiques de l’état civil à l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique, ajoute le représentant résident de l’Unicef.
Cette situation est un frein au développement. « Les conséquences se manifestent par l’existence de 2,5 millions de Béninois sans état civil tels que dénombrés par le Ravip, l’encombrement des centres d’état civil par de milliers d’actes de naissance non retirés et archivés dans des conditions inappropriées, la pléthore de dossiers de régularisation d’actes de naissance enregistrés au niveau des tribunaux ainsi que la difficulté pour les autorités de disposer des données sociodémographiques fiables pour la planification du développement », fait-il observer.

Un passeport de protection

Rapid Pro offre des solutions numériques faciles et à portée de tous. « Les Tics présentent des avantages majeurs permettant de contribuer à la résolution des problèmes des populations et les centres d’état civil qui sont parfois situés dans des zones d’accès difficiles. Elles peuvent accroître efficacement la régularité des opérations, améliorer la qualité des enregistrements ainsi que l’exhaustivité de la sécurisation des données devant alimenter le système de suivi-évaluation et l’enregistrement des frais d’état civil », assure-t-il.
Selon le représentant résident de l’Unicef, l’enregistrement des naissances est capital. Il s’agit d’un outil de promotion des droits de l’enfant et d’un instrument de lutte contre les discriminations à l’égard des enfants. « Connaître l’âge de l’enfant est essentiel pour le protéger contre les abus et les violences tels que l’exploitation économique, le mariage forcé des enfants, la traite des êtres humains et l’exploitation sexuelle », soutient-il.
La plateforme Rapid Pro est en phase pilote dans le département de l’Alibori. Elle sera activée dans le département du Zou à partir de 2019, annonce le ministre de l’Intérieur. Il invite les autres partenaires qui accompagnent le gouvernement dans la mise en œuvre d’un état-civil performant à se l’approprier.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2269 fois