Les membres du Comité de gestion du Fonds d’appui au développement des médias (Fadem) sont installés, jeudi 22 novembre dernier, par le président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac).

La gestion de l’aide de l’État à la presse passe d’une commission à un fonds. Le Comité de gestion du Fonds d’appui au développement des médias est installé par le président de la Haac. Cet acte marque une étape importante dans la mutation en cours pour une gestion professionnelle de l’appui de l’État aux médias.
Lambert Dogo, conseiller à la Haac et président du Comité installé, informe que les conditions d’accès à ce Fonds seront incessamment définies par une décision de l’institution de régulation. Tous les acteurs de la presse seront ainsi fixés sur ce que devient l’aide de l’État. Il souffle qu’au-delà de l’aide, c’est aussi d’autres sources de financement qui pourraient être identifiées.
« On ne peut plus se contenter uniquement de l’aide de l’Etat », soutient le conseiller Lambert Dogo. Pour lui, l’aide de l’Etat est désormais une partie du Fonds. « Il y aura d’autres sources de financement pour que la presse de qualité s’installe ». Il ambitionne qu’à partir de ce fonds, des mutations puissent s’opérer vers de véritables entreprises de presse.
Les membres du Comité de gestion ambitionnent déjà, de faire le plaidoyer nécessaire pour faire évoluer significativement la cagnotte pour passer à plusieurs milliards de francs Cfa.

Fruit d’un long processus

Adam Boni Tessi, président de la Haac, souligne que le Fadem est un patrimoine alimenté par les fonds publics. Soulignant l’importance et la délicatesse de la mission assignée aux membres du Comité de gestion, il informe que la gestion du Fonds est soumise à un audit périodique du gouvernement.
Tout en exprimant sa foi en la probité dans la gestion, il se réjouit que le Fadem devienne une réalité. Rappelant que le fonds est une émanation de la loi 2015-07 du 20 mars 2015, le président de la Haac souligne que cette même loi a décidé que le Comité de gestion soit composé de représentants de la Haac, du gouvernement et des professionnels des médias.
Il signale que cette installation est le fruit d’un long processus qui a mobilisé beaucoup de forces. Le président de la Haac remercie à cet effet le gouvernement, notamment son chef, qui a suivi, dit-il, d’un œil attentif tout le cheminement et a facilité la mobilisation des ressources afin d’aboutir à ce résultat.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1830 fois