La salle de conférence de Jeco Hôtel de Dassa a servi de cadre, le mercredi 21 novembre dernier, à une séance d’échanges entre la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), les responsables des collectivités locales, les receveurs percepteurs et les receveurs des finances du Zou et des Collines. L’objectif est de les sensibiliser sur le paiement à bonne date des cotisations sociales.

Après les départements de l’Atacora et de la Donga, le Borgou et l’Alibori, c’est au tour des départements du Zou et des Collines d’accueillir la délégation de la Cnss conduite par la directrice du Recouvrement, Brigitte Odjogbémi. Elle avait à ses côtés l’assistant du directeur général de la Cnss, Daniel Gouroubéra.
Initiées depuis 2016, les tournées de sensibilisation de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) dans les départements du Bénin se poursuivent. Elles permettent d’apporter des réponses et de résoudre dans la célérité les divers problèmes auxquels sont confrontées les collectivités locales que les responsables de la Cnss appellent stratégiquement « partenaires privilégiés ». C’est donc dans ce cadre qu’il faut situer cette rencontre qui a pour but d’échanger avec les responsables des collectivités locales, les receveurs percepteurs et les receveurs des finances sur les activités de la Cnss et d’améliorer, au besoin, leurs compréhensions des processus de déclaration de paiement des cotisations sociales.
Pour la directrice du Recouvrement, ces échanges permettront de se prononcer sur l’apurement des comptes cotisants des collectivités locales dans les livres de la Cnss afin de définir les modalités de paiement de leurs dettes sociales de commun accord. Reconnaissant que des problèmes subsistent au niveau des mairies en ce qui concerne le paiement des cotisations sociales, le maire de Dassa, Nicaise Fagnon, a aussi demandé aux responsables de la Cnss de régler les problèmes à l’interne. Il a souhaité l’amélioration du système d’information et de gestion de la Cnss pour le bien de tous. «La pérennité de la Cnss dépend des cotisations », a-t-il ajouté. Il a aussi émis le vœu que les archives dont l’importance n’est plus à démontrer migrent du physique vers le numérique.
Après la phase protocolaire, place aux communications et l’auditoire a eu droit à plusieurs communications. Elles vont du régime général de la sécurité sociale aux diverses prestations de la Cnss en passant par l’immatriculation des employeurs et l’affiliation des travailleurs sans oublier la déclaration nominative de salaires et le paiement des cotisations sociales.

Bien faire la déclaration nominative

Les participants ont également été entretenus sur les éléments constitutifs de l’assiette des cotisations ainsi que les indications sur la tenue des comptes cotisants des employeurs. Ces communications ont été présentées respectivement par la directrice du Recouvrement, Mme Brigitte Odjogbémi, l’assistant du directeur général, Daniel Gouroubéra, le chef service contrôle employeurs, Mohamed Omar Tidjani, et le chef service comptes cotisants, Isabelle Adja Sanni. De ces communications, l'on peut retenir que les travailleurs ne cotisent pas sur leurs différentes primes ou du moins ne déclarent pas leurs primes, ce qui est une mauvaise pratique. C'est pourquoi, ils ont invité les employés à faire en sorte que les cotisations soient sur l’ensemble de leurs rémunérations, y compris les primes. « Ne pas le faire est une violation de la loi », a précisé Tidjani. Pour sa part, la directrice du Recouvrement a insisté sur l’importance de la déclaration nominative dans la reconstitution de la carrière. « Si la déclaration nominative n’est pas bien faite, le travailleur ne pourra pas bénéficier d’une pension en fin de carrière », a-t-elle fait remarquer. Idem pour les archives dont l’utilité n’est plus à démontrer. Selon Brigitte Odjogbémi, la bonne tenue des archives facilitera le traitement des dossiers et permettra aussi bien aux collectivités locales qu’à la Cnss d’être à jour.
Dans leurs différentes interventions, les participants ont déploré le mode de fonctionnement de la Cnss qui ne leur faciliterait pas la tâche. Ils ont alors souhaité que les responsables de la Cnss puissent les aider dans la déclaration de paiement des cotisations. « C’est parce que nous sommes conscients qu’il y a problèmes que nous sommes devant vous afin de trouver des solutions aux différents problèmes», a rassuré la directrice du Recouvrement avant de répondre aux préoccupations des uns et des autres. « Désormais, c’est pour le meilleur », a-t-elle dit.
Rappelons que la séance a enregistré la présence des maires de Za-kpota, Antoine Affokpofi, et de Ouinhi, Célestin Goutolou. C’est à celui de Za-kpota qu’est revenu l’honneur de clôturer la séance en souhaitant que les collectivités locales et la Cnss se donnent la main afin que le mariage de cœur et de raison qui les unit soit bénéfique à tous. Il a, par la même occasion, demandé à chaque partie de jouer sa partition pour un paiement à bonne date des cotisations et des prestations de qualité.

Cellule de Communication Cnss

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1655 fois