La capitale de l’aire culturelle Baatonu, Boo et assimilés, Nikki, accueille la Gaani à partir de ce jour, lundi 19 novembre. En ce qui concerne la sécurité, toutes les dispositions sont prises pour un meilleur déroulement des festivités prévues pour s’achever mercredi 21 novembre prochain.

Dans le cadre de la célébration de la Gaani 2018, la ville de Nikki n’en finit pas de se remplir depuis quelques jours. Elle est devenue le lieu de ralliement des membres des communautés Baatonu, Boo et assimilés, sans oublier les nombreux visiteurs. Prenant la mesure de la situation, le comité d’organisation des festivités et le Conseil communal de Nikki ont pris les dispositions qui s’imposent en ce qui concerne la sécurité des personnes et de leurs biens.
Une des préoccupations majeures pour une organisation réussie de la présente édition de cette fête identitaire annuelle, reste la question de la sécurité. La commission qui en a la charge, rassure le maire Oumarou Lafia, est à pied d’œuvre. «Elle ne dort pas sur ses lauriers», a poursuivi l’autorité communale. Il évoque les nombreuses séances de travail tenues avec le commissaire de police de Nikki et le directeur départemental de la police républicaine du Borgou. Pour procéder à la reconnaissance des lieux, des descentes ont même été effectuées sur le terrain.
Au cours des festivités, il y aura des renforts en provenance des autres commissariats du Borgou pour appuyer les policiers de Nikki. Des civils se joindront également à eux. L’objectif principal, c’est d’éviter à tout prix qu’il y ait des débordements. A cet effet, informe le maire, un plan de sécurité a été arrêté.
Au nombre des autres mesures, la police veillera à la canalisation de la circulation dans la ville et ses environs. Ses éléments seront positionnés sur les axes N’Dali-Nikki, Kossoubossou-Yatchikira-Tchikandou-Nikki, Parakou-Nikki et Kalalé-Nikki.
En dehors de ces dispositions, l’édition 2018 de la fête de la Gaani à Nikki connaîtra des innovations. Il y aura un festival pour revaloriser les danses traditionnelles et un défilé de mode des tenues traditionnelles de l’aire culturelle Baatonu et Boo, puis une formation sur le numérique au profit des jeunes.
Par ailleurs, toutes les rues situées sur le parcours rituel ont déjà été aménagées. Elles n’attendent que la sortie du roi à cheval demain, mardi 20 novembre, pour le démarrage de la cérémonie. La sortie des tambours sacrés dans la cour impériale est prévue pour ce jour, lundi 19 novembre.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2064 fois