La maison de feu Sossa Guèdèhounguè à Doutou, dans le Mono, a servi de cadre ce mercredi 14 novembre à un culte des religions endogènes pour la réussite du régime du Nouveau départ et implorer la paix lors des prochaines échéances électorales. C’était sous la direction du leader de la communauté des adeptes desdites religions, Sa Majesté Adanyro Agassa Guèdèhounguè et du deuxième secrétaire parlementaire, Dakpè Sossou.

Le Bénin est un édifice national en construction auquel chaque citoyen doit apporter sa pierre. Celle qu’apportent les adeptes des religions endogènes, ce sont les prières adressées à leurs différentes divinités. Ce mercredi 14 novembre, c’en est encore le cas où, soutenus par le député de la 18e circonscription électorale Dakpè Sossou, les dignitaires religieux et chefs traditionnels des six communes du Mono ont mobilisé leur communauté pour un culte populaire dit à l’intention du gouvernement et pour implorer la paix lors des prochaines échéances électorales. Le porte-parole de Sa Majesté Adanyro Agassa Guèdèhounguè précise qu’il s’agit « d’une cérémonie de prières et de bénédictions en faveur de Son Excellence Patrice Athanase Guillaume Talon et de tout son gouvernement ». Il souligne que par la même occasion, la communauté apporte son soutien au Programme d’actions du gouvernement (Pag).
L’intérêt de ce culte se situe à deux niveaux. Le premier est de voir le régime du Nouveau départ réussir ses programmes et projets de développement. «Si le gouvernement du président Patrice Talon échoue, c’est tout le Bénin qui a échoué », justifient les adeptes des religions endogènes. C’est pourquoi, disent-ils, en tant que religieux et chefs traditionnels du Mono, ils implorent Dieu et les mânes des ancêtres à éclairer le chef de l’Etat et tous ses ministres chaque jour afin que leurs actes garantissent un mieux-être au peuple et, par ricochet, le développement durable.
Le second volet, retiennent-ils, vise à faire prévaloir une ambiance de paix autour des élections qui s’annoncent. Pour ce faire, Sa Majesté Adanyro Agassa Guèdèhounguè et son bureau ont instruit les prêtres et prêtresses vodoun, les adeptes et autres dignitaires à ne pas baisser la garde. « Implorer au sein des différents couvents, toutes les divinités pour qu’elles puissent calmer les velléités de violences des uns et des autres», telle a été leur recommandation. Le clou du culte d’hier a été les libations suivies de l'immolation d’un animal quadrupède devant le mausolée de feu Sossa Guèdèhoungué, à Doutou, dans la commune de Houéyogbé.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1309 fois