Huit jeunes entrepreneurs agricoles du Bénin retenus comme les meilleurs de la première vague du Projet de promotion d'emplois décents et de l'entrepreneuriat dans l'agriculture et l'agro-industrie pour les jeunes des zones rurales (Peajr) du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Népad), ont bénéficié chacun de 1,650 million F Cfa comme fonds levier pour booster leurs activités. La cérémonie de remise des prix aux lauréats s’est déroulée, vendredi 26 octobre dernier, au Centre régional Songhaï à Porto-Novo.

13,2 millions F Cfa, c’est l’enveloppe globale octroyée comme fonds levier à huit meilleurs jeunes entrepreneurs agricoles béninois dont quatre femmes par le Projet de promotion d'emplois décents et de l'entrepreneuriat dans l'agriculture et l'agro-industrie pour les jeunes des zones rurales (Peajr). Il s'agit d'un programme du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao). Les lauréats font partie des quarante-quatre stagiaires de la première vague de ce projet, formés en 2017 au Centre régional Songhaï de Porto-Novo pour l’atteinte des objectifs du Peajr financé par le Fonds fiduciaire pour la solidarité africaine (Ffsa). Ils ont été sélectionnés sur la base d’un processus bien défini depuis le début de leur formation le 16 octobre 2017 au Centre régional Songhaï. Ce processus a duré deux mois jusqu’aux résultats des activités développées sur le terrain après leur sortie. Les critères de sélection sont, entre autres, être propriétaire terrien, exercer dans l’entreprise agricole, montrer une bonne évolution des activités sur le terrain à la fin de la formation au Centre régional Songhaï, et détenir une idée de développement de son projet. Un accent particulier a été mis sur l’approche genre et sur la répartition géographique considérée comme critères généraux. Les huit lauréats dont quatre au Sud, deux au Nord et deux au Centre du pays, retenus à l’issue du processus d’évaluation, ont reçu chacun 1,650 million F Cfa comme fonds symbolique pour booster leurs activités.
Pour le coordonnateur du Peajr, Emmanuel Zinsou, ce don financier s’insère dans la droite ligne des objectifs du projet visant à créer des perspectives d'emplois décents pour les jeunes grâce à la mise sur pied d'entreprises agricoles et agro-industrielles. Selon lui, ces lauréats retenus à l’issue d’un processus fastidieux n’ont pas droit à l’erreur.

Maintenant le plus dur !

Car, selon lui, une chose est d’être retenu, une autre est de réussir à faire promouvoir le projet qui n’est pas encore financé par les partenaires au développement, mais le Ffsa financé par la Guinée équatoriale et l’Angola. « Ce projet est un défi. Si nous échouons, c’est toute l’Afrique qui a ainsi échoué», insiste Emmanuel Zinsou aux récipiendaires. Le coordonnateur du projet a informé les huit lauréats que c’est maintenant que le plus dur commence pour eux. Après l’étape nationale, ils doivent se préparer pour la sélection au niveau africain où seront retenus les meilleurs des meilleurs des jeunes bénéficiaires de ce projet, notamment au Malawi, au Niger, au Cameroun et bien évidemment au Bénin.
Les lauréats, par la voix de leur porte-parole, Noélie Natté, se disent bien conscients de l’enjeu. Ils s’engagent à donner le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain pour être parmi les champions de la mise en œuvre de la Déclaration de Malabo. « Nous sommes des ambassadeurs du centre Songhaï, du Maep, du Nepad et de la Fao, et nous allons promouvoir l’entrepreneuriat agricole. Avec nous et à travers nous, le vent du développement du Bénin va souffler plus fort et avec succès», assure avec enthousiasme Noélie Natté. Les huit récipiendaires promettent de faire un bon usage des fonds leviers reçus afin de contribuer largement au programme 2030 Faim Zéro, une des grandes priorités du continent africain et de la Fao.
Le représentant du directeur du Centre régional Songhaï, Justin Lèkoto, loue l’initiative de ce projet qui promeut un nouveau type de jeunes entrepreneurs outillés, formatés et orientés vers des modèles de production agricole à la fois intensive, rentable, durable et respectueux de l’environnement. Justin Lèkoto a prodigué de sages conseils aux lauréats pour l’essor de l’agriculture au Bénin.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2463 fois