A Erevan en Arménie, le 10 octobre dernier, le Bénin tout en hébergeant le Secrétariat, a pris la présidence du Réseau francophone des ministres en charge de l’Economie numérique nouvellement né. Le Bénin s’honore de cette de cette confiance à travers Aurélie I. Adam Soulé Zoumarou, ministre de l’Economie numérique et de la Communication. Ceci est indubitablement le fruit des efforts consentis par le gouvernement du Nouveau départ en la matière.

Face à la pénétration du numérique dans tous les secteurs de la vie en société et aux dynamiques, quelles sont les capacités d’initiatives possibles et quelle croissance partagée pour les acteurs des pays francophones, notamment du Sud ?

C’est en réponse à cette problématique, que les chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie ont estimé que la Francophonie devrait s’engager en faveur d’une société de l’information inclusive, transparente et démocratique qui favorise la diversité culturelle et linguistique ainsi que le développement d’une économie numérique au service des populations et des économies francophones. Dans cette perspective, ils ont confié à l’OIF la mission d’accompagner les pays membres à travers l’adoption d’une stratégie de la Francophonie numérique à l’horizon 2020. Cette dynamique s’est exprimée lors du XIVe Sommet de la Francophonie à Kinshasa en octobre 2012. Sur la base du mandat des chefs d’Etat et de gouvernement, l’OIF a mis en place des programmations quadriennales (2015-2018 et 2019-2022) pour essayer de répondre aux défis de la transformation numérique. L’enjeu, dont la création dudit réseau est une consécration au 17e sommet de l’OIF, c’est de pouvoir utiliser le numérique comme un levier de transformation structurelle des économies des pays francophones pour contribuer à un progrès social pour tous.

Portée du réseautage

Par la création de ce réseau, la Francophonie numérique veut répondre au potentiel du numérique comme levier de croissance économique et catalyseur d’une société de l’information démocratique, inclusive et transparente favorisant la diversité culturelle et linguistique. Le réseau est pensé comme un creuset d’échange et de partage, un espace d’apprentissage mutuel. Il a pour mandat de contribuer, sous le leadership d’Aurélie I. Adam Soulé Zoumarou, ministre de l’Economie numérique et de la Communication du Bénin, à la mutualisation des efforts afin d’accroître les performances du secteur de l’économie numérique dans l’espace francophone, mais aussi de permettre aux acteurs francophones de peser d’un poids certain dans la mise en place des régulations internationales de l’économie numérique.
Au nombre de ses objectifs, le réseau doit mobiliser des ressources et l’expertise de haut niveau en matière de politiques publiques de développement de l’économie numérique; favoriser la concertation et le plaidoyer des ministres chargés de l’économie numérique sur les enjeux majeurs concernant les nouvelles régulations internationales et l’insertion harmonieuse dans l’économie numérique mondiale ; échanger les bonnes pratiques de politiques publiques en matière de numérique, etc. Le Bénin, qui a porté cette initiative, abrite naturellement le secrétariat administratif du réseau. Et, sa présidence, tournante, est également assurée par le Bénin à travers le ministre de l’Economie numérique et de la Communication.

Pourquoi le Bénin

Le Bénin en tant que précurseur en matière numérique, depuis 2016, recueille les fruits de son investissement dans le numérique. Parmi les 45 projets phares qui ont en effet été identifiés dans le Programme d’action du gouvernement pour relancer la croissance et améliorer les conditions de vie des populations, le numérique figure en bonne place. Et ce, par la mise en œuvre de l’administration intelligente (Smart Gouv), la généralisation de l’usage de l’e-commerce, la généralisation de l’usage du numérique par l’éducation et la formation, la promotion et le développement de contenus numériques, etc.
Le gouvernement du Bénin a donc raison de retenir les TIC (Technologie de l’Information et de Communication) comme catalyseur de dynamique économique et de modernisation du Bénin pour l’accélération de la croissance économique et l’inclusion sociale d’ici à 2021. L’enjeu étant de transformer à moyen terme le Bénin en une plateforme de services numériques pour toute l’Afrique de l’Ouest. Cette stratégie s’appuie, notamment, sur le développement massif des infrastructures et la généralisation de l’accès au haut débit en vue d’atteindre un taux de couverture de 80% ainsi que sur l’assainissement et la dynamisation du secteur. Tout ceci devant permettre de doubler la taille du marché et de créer 90 000 emplois nets directs dans les TIC.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2793 fois