L’Ong Médecins du monde Suisse pose davantage ses bases au Bénin. L’organisation a bénéficié de la signature de son accord de siège ce jeudi 18 octobre. Les documents officialisant l’acte ont été signés par la responsable des programmes internationaux, Morgane Rousseau et le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Hervé Djokpé, dans les locaux du ministère.

L’Ong Médecins du monde consolide ses actions au Bénin. C’est à travers la signature de son accord de siège. Par cet acte, elle entend davantage œuvrer en faveur des populations béninoises. Elle s’investit au Bénin depuis plusieurs décennies à travers une large gamme de services au profit des populations démunies. Ses actions portent sur la promotion de la santé dans plusieurs dimensions et de l’éducation à travers la construction et l’équipement d'infrastructures. « Convaincue que chaque personne doit avoir accès aux soins, sans obstacles financiers, culturels ou géographiques, Médecins du monde Suisse soigne depuis 25 ans pour fournir un accès durable à la santé aux personnes en situation de vulnérabilité », explique la responsable des programmes internationaux, Morgane Rousseau.
Les problématiques de la santé sexuelle, reproductive et de la santé de l’enfant sont également au cœur de ses actions. « Selon Human Right Watch, environ
912 000 personnes parmi lesquelles 214 000 enfants ont besoin de soins palliatifs en Afrique francophone. Soigner et accompagner les patients lorsque la guérison n’est plus possible est indispensable dans un contexte de croissance des maladies chroniques. Nous luttons pour l’accès à une prise en charge palliative et à une meilleure gestion de la douleur pour les enfants ».
« A l’échelle mondiale, près de 450 millions de personnes sont concernées par un besoin de soins en santé mentale. Souvent reléguée, la santé mentale et psychosociale est une composante essentielle des soins de santé. Nous accompagnons les personnes les plus fragilisées », précise-t-elle.

Un partenaire essentiel

Autant d’actions qui lui confèrent une bonne réputation au Bénin. « Le programme Bénin est devenu le programme phare de Médecins du monde Suisse », se réjouit Morgane Rousseau. « Entre 2009 et 2016, nous avons appuyé la décentralisation de la prise en charge de la drépanocytose par l’appui à la mise en place d’antennes au sein des centres hospitaliers départements d’Abomey et de Parakou ». Elle poursuit : « Depuis 2014, nous travaillons avec l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice pour améliorer la santé des enfants de 0 à 5 ans dans les communautés des quartiers Djidjè, Hindé, Toyoyomè à Cotonou ».
Médecins du monde Suisse, c’est également d’importantes réalisations dans le secteur de l’éducation. « Médecins du monde a construit et équipé dans ces trois quartiers des modules de classes maternelles au sein des écoles publiques. Chaque année, 400 enfants y sont accueillis et sont affiliés à une mutuelle de santé gérée au niveau communautaire», révèle-t-elle.
L’Ong est également très présente aux côtés des victimes de violences. Ses interventions dans ce domaine sont spécifiques. « Nous appuyons depuis 2015 avec l’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice, la prévention et la prise en charge des grossesses précoces issues de violences avec le centre pilote de la Maison du soleil. Plus de 100 mères adolescentes ont été déjà accueillies, prise en charge de manière globale et réintégrées socialement». Cotonou n’est pas la seule ville impactée. « Depuis 2016, nous facilitons et améliorons la prise en charge des survivantes de violences basées sur le genre dans le département du Littoral, du Zou, du Borgou et de l’Alibori. Trois autres centres intégrés de prise en charge des victimes bénéficient de son appui technique et financier ».
Pour le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Médecins du monde est un partenaire essentiel du gouvernement dans ses efforts pour le bien-être des populations béninoises. « La signature de son accord de siège a été prise suite à une évaluation satisfaisante des actions de l’Ong. Vos actions contribuent à la réalisation des ambitions de développement du Programme d’actions du gouvernement », souligne-t-il. Les facilités que le gouvernement lui accorde à travers les exonérations fiscales et douanières l’aideront à intensifier ses actions en faveur des couches vulnérables.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1209 fois