Après l’évaluation du Projet d’appui à la gestion des forêts communales (Pagefcom 2), il y a environ deux ans, l’heure est à la validation du document du Ceo endorsement Gef du Pagefcom 2. A la faveur d’un atelier tenu, ce mardi 11 septembre à Cotonou, des autorités du ministère du Cadre de vie et du Développement durable, des élus communaux, consultants et partenaires au développement se sont mobilisés pour boucler la phase de préparation dudit projet.

D’un montant total de 6,9 milliards dont 1 548 442 731 francs CFA de contribution du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), le Projet d’appui à la gestion des forêts communales (Pagefcom 2) prend en compte les aspects touchant l’amélioration de la diversité biologique, le paiement des services environnementaux et sociaux, la séquestration de carbone, la réintroduction de la faune dans les ranchs, l’installation de système d’alerte précoce feux de végétation… L’objectif du Pagefcom phase 2 est de contribuer à la résilience au changement climatique et à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays, à travers une consolidation des acquis en matière de couvert forestier, d’infrastructures de gestion et de renforcement du dispositif de stabilisation des écosystèmes forestiers. Le projet Pagefcom 2 vise spécifiquement à mettre en place les outils nécessaires et les mécanismes de gestion durable des ressources naturelles dans les départements de l’Atlantique, du Borgou, des Collines, de la Donga et du Zou à travers la promotion des chaines de valeur de l’économie verte et bleue, la gestion durable des ressources naturelles, l’appui à l’adaptation aux changements climatiques et l’augmentation des revenus des ménages, notamment les plus vulnérables de la zone d’intervention du projet.
Le secrétaire général du ministère du Cadre de vie et du Développement durable, Constant Godjo, à l’ouverture de l’atelier, a indiqué que la foresterie est d’abord et avant tout une science qui a pour but d’aménager, gérer et protéger les forêts et leurs composantes. Le non-respect des règles importantes de la foresterie amène d’après lui, à la triste réalité qu’est la déforestation très accrue de nos jours.
« Le Projet d’appui à la gestion des forêts communales phase II est une réponse du Fonds pour l’environnement mondial et de la Banque africaine de Développement (BAD), aux nombreuses sollicitations du gouvernement du Bénin en vue de gérer au mieux les ressources naturelles dans ce contexte de changement climatique », a affirmé Constant Godjo. L’aboutissement de ce projet, selon le secrétaire général, permettra au ministère d’être plus performant dans la mise en œuvre du Pag. Quant à lui, le directeur général des Eaux, Forêts et Chasse, le colonel Sévérin Nsia, a soutenu que le projet Pagefcom contribuera à la promotion du tourisme, une initiative phare du Programme d’action du gouvernement et va influer sur les systèmes productifs locaux. En rappelant le lien de coopération entre la Banque africaine de Développement et le Bénin, le représentant pays de la BAD, John E. C. Andrianarisata, a souligné que le gouvernement est dans une phase de transformation du Bénin à travers son programme d’action décliné dans divers documents. Il recommande au Pagefcom de ne pas se contenter seulement, d’avoir bouclé le financement mais de réaliser les activités et d’aboutir prochainement à une phase 3 du Pagefcom, de sorte à penser à la mise en place d’un système de gestion des ressources naturelles. Son souhait est que tous les participants maîtrisent le contenu du document et se l’approprient pour le développement du Bénin.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1841 fois