La deuxième session ordinaire de la Commission nationale permanente de concertations et de négociations collectives se tient, ce jeudi 13 septembre. Mais deux confédérations syndicales demandent au ministre du Travail et de la Fonction publique le report de l’heure d’ouverture de la session, à cause de leur marche de protestation prévue pour ce même jour.

La 2e session ordinaire de la Commission nationale permanente de concertations et de négociations collectives de l’année 2018 pourrait se tenir sans deux confédérations syndicales. La Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) et l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb) ont saisi le ministre du Travail et de la Fonction publique en vue du report de l’heure d’ouverture de la session prévue pour se tenir le jeudi 13 septembre. C’est l’objet de la lettre en date du 10 septembre signée de Nagnini Kassa Mampo, secrétaire général de la Cstb et Emmanuel Zounon, secrétaire général de l’Unstb. Ces deux secrétaires généraux, se référant à la lettre n°0609/Mtfp/Sp-C du 06 septembre 2018 relative à la convocation des confédérations et centrales syndicales à la 2e session ordinaire de la Commission nationale permanente de concertations et de négociations collectives de l’année 2018 pour 10 heures, ont demandé le report de l’heure de l’ouverture de la session pour 15 heures, le même jour.
En effet, « Les travailleurs sous la direction de la Cstb et de l’Unstb ont projeté une marche pacifique, déjà publiquement annoncée, pour le jeudi 13 septembre 2018 à partir de 8 heures et dont la déclaration de marche a été déposée à l’autorité compétente depuis le mercredi 5 septembre », argumentent-ils. Ils demandent à la ministre de prendre en compte leur préoccupation afin d’éviter un chevauchement de la marche et de la session. Selon une source proche de l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin contactée dans la soirée de ce mardi 11 septembre aux environs de 16 heures, aucune suite ne serait encore donnée à la demande des syndicalistes. Mais ces derniers tiennent à la marche nonobstant leur convocation à la session.
La Cstb et l’Unstb ont plusieurs points de revendications qui motivent cette marche, notamment l’encadrement du droit de grève, la non-satisfaction des revendications des travailleurs, objet d’intenses grèves, le gel de la gestion de la carrière des travailleurs, le manque d’enseignants et d’agents de santé, les mutations d’enseignants...

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1382 fois