Le maire de Toucountouna, Sébastien Paatcha, est dans l’œil du cyclone. Des jeunes de sa commune ont manifesté, lundi 10 septembre dernier, pour exiger sa démission.

Un groupe de jeunes de la commune de Toucountouna a investi, lundi 10 septembre dernier, la devanture de l’hôtel de ville. Cette sortie inhabituelle de la force juvénile a pour objectif d’exiger la démission du maire, Sébastien Paatcha.

Les manifestants ont été contrés dans leur furie par des éléments de la Police républicaine qui les ont empêchés d’entrer dans l’enceinte même de la mairie. Les frondeurs, scandant des slogans hostiles au maire, sous le rythme des tam-tams, ont investi l’entrée principale de l’hôtel de ville.
A travers leur porte-parole, Luc Tankéla, ils ont exigé la démission pure et simple de l’autorité communale.
Ils reprochent à l’autorité communale son absentéisme au service depuis que certains conseillers ne parlant plus le même langage que lui ont émis le vœu de la tenue d’une session extraordinaire pour un vote de défiance à son encontre en vue de sa destitution. « Depuis un moment, on ne voit plus le maire, il ne vient plus au service et ne signe plus rien. On ne peut pas avoir un maire qui ne dort pas à Toucountouna. On lui demande simplement de déposer les clés de la mairie », a laissé entendre Luc Tankéla.
Après les avoir écoutés, le premier adjoint au maire de la commune et le chef d’arrondissement de Kouarfa ont réussi à calmer les manifestants qui ont aussitôt replié. « C’est un combat entre le maire et nous élus, restez calmes. Nous vous promettons d’aller jusqu’au bout », a rassuré le chef d’arrondissement de Kouarfa, Boni Kouagré.
Face à la presse locale, le maire Sébastien Paatcha affiche une certaine sérénité. « Je suis au bureau, l’administration fonctionne normalement pour le moment, il n’y a aucun problème », a confié le maire. Sébastien Paatcha a exhorté les populations au calme. « Je ne vais pas refuser de partir, mais qu’on n’enfreigne pas la loi », insiste le maire.
Rappelons que le 13 août dernier, il y a donc presque un mois, 9 conseillers sur les 11 que compte le conseil communal de Toucountouna ont adressé une lettre au maire, lui demandant de convoquer incessamment une session extraordinaire pour un vote de défiance devant conduire à sa destitution. Et ce, aux motifs d’une gestion solitaire, d’abus de pouvoir et de peu d’égard à l’endroit des élus communaux, d’une mauvaise gestion et une politisation à outrance des ressources humaines de la mairie et une mauvaise planification des ressources financières et matérielles de la commune.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1791 fois