Comme dans tous les établissements d’enseignement primaire et secondaire au Bénin, la pré-rentrée s’est déroulée, ce lundi 10 septembre à Natitingou. Les parents, leurs enfants et les personnels d’encadrement des écoles publiques et privées visitées ne la vivent pas de la même manière.

Ça bouge à Natitingou pour la pré-rentrée de diverses manières. « La pré-rentrée comme son nom l’indique est la période qui précède la rentrée, elle permet de préparer matériellement les activités qui se dérouleront au cours de l’année », indique Flavien Koupei, censeur du Collège d’enseignement général1 Natitingou. Il précise que les emplois du temps sont prêts et que d’ici mercredi, les enseignants entreront en possession des leurs. Ce qui leur permettra, selon lui, le 17 septembre prochain de commencer effectivement les cours. Selon ses explications, les files d’attente observées, hier matin, devant le bloc de la direction concernent les élèves engagés dans les formalités de transferts arrivée ou départ.
Par contre, au cours secondaire St Augustin, un collège catholique où trône le portrait de Monseigneur feu Bernardin cardinal Gantin, la rentrée est prévue pour le premier octobre prochain. Une religieuse enseignante rencontrée informe que la directrice fera appel au personnel dans la semaine.
Au Lycée de jeunes filles de Natitingou, la surveillante générale, Sylvie Aboudou déclare « La pré-rentrée est effective comme vous le constatez ; le personnel est là. C’est un internat, les parents prennent le temps de se préparer ». Pour elle, les filles rentrent les 15 et 16 septembre prochains où elles sont attendues, la reprise effective étant prévue pour le 17 septembre à 7h. Par rapport aux inscriptions, assure-t-elle, les parents viennent y souscrire.
Concernant notre inquiétude relative à la salubrité des locaux, elle rassure : « Le lundi matin, vous verrez, ce sera très propre ; d’ici samedi ça ira ; il n’y a pas de souci pour les salles de classe».
Au Lycée militaire de jeunes filles général Mathieu Kérékou hier, lors de notre passage, c’était un calme plat. Le caporal au poste de garde n’entend pas se prêter à nos questions sans une autorisation écrite adressée à la hiérarchie.
Au complexe scolaire "La Fraternité de Natitingou" au quartier Yimporima, Jonas C. Obonté, le fondateur directeur a expliqué que les enseignants venaient de rentrer en possession de leurs emplois du temps. C’était d’ailleurs le jour de l’organisation des tests d’entrée au profit des nouveaux élèves.
A l’école urbaine centre, le directeur du groupe C, Kpessopa Saré déplore que les maîtres soient arrivés hier en l’absence des apprenants. Il s’inquiète de ce que les dispositions prises les années précédentes pour la rentrée aient déserté le forum. Ce qui ne favorise guère l’accomplissement de formalités relatives à la salubrité pour la propreté des salles de classe et de la cour. Il s’est plaint de certaines salles de classe qui coulent.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 786 fois