Le guide national de conduite de dialogue parents-enfants sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes a été validé, ce jeudi 6 septembre, par le ministre des Affaires sociales et de la Microfinance, Bintou Chabi Adam Taro. C’est une initiative conjointe du ministère et de l’Association pour l’éducation, la sexualité et la santé en Afrique (Apessa), financée par l’Ambassade des Pays-Bas près le Bénin. Elle intervient comme mesure contre le phénomène des grossesses des adolescentes et jeunes.

Le phénomène des grossesses précoces, forcées et en milieu scolaire au Bénin est en passe d’être conjugué au passé. Le guide national de conduite de dialogue parents-enfants sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents et jeunes dont la validation a eu lieu, ce jeudi, vise à favoriser la communication entre les enfants et leurs parents en matière de sexualité et de santé reproductive.
Il permettra de mettre les parents devant leurs responsabilités. « Ce document permettra de préparer les parents en leur donnant des informations précises et en leur proposant des stratégies et outils pour créer et maintenir un processus de communication adaptée avec les enfants, les adolescents et les jeunes, en famille et dans tout autre cadre de vie », explique le ministre des Affaires sociales, Bintou Chabi Adam Taro.
Le guide se révèle un instrument important en matière d’éducation sexuelle lorsqu’on se réfère aux statistiques peu reluisantes relatives aux grossesses des adolescentes et jeunes ces dernières années.
Evoquant l’Enquête démographique et de santé réalisée par l’Insae en 2013, le ministre indique que 12% des garçons et 13% des filles ont leur premier rapport sexuel avant l’âge de 15 ans. La même source renseigne que 20% des adolescentes ont leur première grossesse avant leur 20e anniversaire. Ces statistiques ont évolué avec les grossesses en milieu scolaire et dans les centres de formations professionnelles.
Le phénomène résulte également de la démission des parents. Au nombre des limites du dialogue parents-enfants, elle évoque « la mauvaise interprétation de la notion de l’éducation sexuelle, les pesanteurs socioculturelles et religieuses, la floraison des familles monoparentales et la gêne de certains parents à aborder les questions de sexualité ».
L’élaboration du guide est basée sur des constats. « Il ressort de l’état des lieux réalisé par le ministère des Affaires sociales et de la Microfinance que l’insuffisance de l’éducation sexuelle en famille est l’une des causes de la recrudescence des problèmes de santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes au Bénin », souligne le ministre. D’où la motivation du ministère des Affaires sociales, de l’Ong Apessa et de l’Ambassade des Pays-Bas à « orienter leurs interventions vers le renforcement de la capacité des parents à assurer l’éducation sexuelle complète de leurs enfants en famille à travers le Programme d’éducation à la santé sexuelle (Ess)».
«L’éducation sexuelle est une nécessité aujourd’hui. Avec ce guide, le parent ne pourra plus se cacher derrière le fait qu’il n’a pas eu l’information nécessaire pour aborder le sujet avec son enfant », assure la présidente de l’Ong Apessa, Christelle Maillard Assogba. Elle poursuit : « Ce guide voudrait que le parent sache écouter son enfant et identifier les moments auxquels il peut évoquer le sujet. Lorsqu’on sert à un enfant l’information juste et vraie, il se sent rassuré, grandi et considéré ».
Le guide repose sur une approche méthodique. « Nous y avons scindé les différentes étapes dans le développement de l’enfant et les informations utiles à son développement harmonieux », soutient-elle.
Le document table sur les principes directeurs de l’Unesco relatifs au développement humain, à l’anatomie, à la santé sexuelle et reproductive, à la religion et à la tolérance.
Pour la rentrée scolaire prochaine, le Bénin compte lancer la phase expérimentale des cours d’éducation sexuelle au niveau d’une vingtaine d’établissements. Le guide assurera une continuité de l’information reçue par l’enfant à l’école et celle de ses parents à la maison?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1943 fois