La procédure lancée par le procureur de la République près le tribunal de Cotonou Elon'm Mario Mètonou, dans l’affaire dite tricherie sur les âges des joueurs de la sélection nationale cadette, en diligence à la requête du ministre en charge des Sports, suit son cours. Quelle leçon tirer de cette nébuleuse ?

L’enquête diligentée, par le procureur de la République Elon'm Mario Mètonou, suite à la disqualification de la sélection nationale cadette du Bénin du tournoi qualificatif Ufoa B pour tricherie sur l'âge des joueurs, est loin de livrer son verdict. Plusieurs présumés coupables sont interpellés et gardés par la police. Ecoutés au parquet, ce mercredi 5 septembre, les joueurs et compagnie sont retournés à la brigade criminelle où plusieurs personnes impliquées dans ce dossier sont gardées à vue.

A la barre !

L’ancien président de la Fédération béninoise de football, Anjorin Moucharaf, les 10 joueurs de la sélection cadette épinglés, l’entraîneur de l’équipe, Lafiou Yessoufou, Jonas Nounagnon, membre du staff de l’équipe, le médecin chargé de la contre-expertise de l’examen, Vicentia Boco et autres sont gardés à vue à la brigade criminelle à Cotonou depuis l’ouverture de l’enquête portant sur l’affaire.
Instruit par le gouvernement pour élucider les faits qui ont occasionné la disqualification de l’équipe nationale cadette pour tricherie sur les âges des joueurs, le procureur de la République près le tribunal de Cotonou, Elon'm Mario Mètonou n’entend épargner personne. Et pour cause !
Les dix joueurs accusés de fraude sur leur âge, après le test d’IRM de la Confédération africaine de football à Niamey et leur suite, étaient devant le procureur de la République, ce mercredi 5 septembre au parquet de Cotonou. Après une heure dans les murs du tribunal, les mis en cause ont été écoutés puis retournés à la brigade criminelle à Akpakpa. Ils seront à nouveau présentés au procureur de la République ce vendredi. Quant au directeur des Compétitions de la Fbf, Quentin Didavi, il a aussi fait une déposition à la brigade criminelle pour les besoins de l’enquête.
Cette affaire va connaître d’autres évolutions ce jeudi 6 septembre. De sources concordantes, des cadres du ministère en charge des Sports et de la direction de l’Immigration ayant intervenu dans le processus de la sélection des joueurs de l’équipe nationale cadette ou étant intervenus dans le contrôle de la contre-expertise du test d'imagerie par résonance magnétique à Lomé puis à Cotonou, seront également écoutés dans les heures à venir à la brigade criminelle à Cotonou pour la manifestation de la vérité.
Il va sans dire que cette affaire ne sera pas étouffée, à l’instar de nombreuses autres survenues par le passé, vu la diligence avec laquelle le ministre en charge des Sports soutenu par le gouvernement est décidé à démêler l’écheveau !

Quid des motivations ?

Au demeurant, il faut s’interroger sur les motivations des ayants cause à cette fraude qui n’est pas la première du genre, étant entendu que jusqu’à présent, elle n’a produit que des résultats biaisés, la pratique ayant été improductive vu les résultats des sélections d’âge loin d’avoir été brillants dans les diverses compétions auxquelles ils ont pris part. Etre plus âgé et jouer au football face à des plus jeunes qu’eux n'a pas donné à nos joueurs des sélections d’âge un quelconque avantage. La fraude en l’occurrence ne vaut donc pas la chandelle si jamais elle valait la peine.
Cela étant, il s’avère qu’au lieu de frauder, la Fédération béninoise de football aurait pu épouser l’approche de l’Exécutif portée par le ministre Oswald Homeky, à savoir la mise en place des associations sportives communales, l’instauration des classes sportives. Des réformes dont la finalité reste de détecter des talents depuis la base, de les former, de les suivre puis de les révéler au monde. En effet, cette approche, plus structurelle que conjoncturelle, est de nature à doter le Bénin de sélections de catégories d’âge au-dessus de tout soupçon et à même de rivaliser avec leurs homologues du continent et du monde.
Mais au lieu d’accompagner et de conforter cette démarche méthodique qui mise sur des valeurs sûres à long terme, les adeptes de la fraude du microcosme footballistique ont préféré persévérer dans le mal. Inutile de préciser par conséquent que la Justice aura la main lourde avec ces fraudeurs qui ont jeté le discrédit sur le pays, désormais moqué de par le monde. La détermination du gouvernement, le développement de l’affaire à la justice augure d’une telle perspective…heureuse ! ?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1860 fois