Ce lundi 3 septembre, s’est ouvert dans la ville de Dassa-Zoumè, département des Collines, un atelier d’examen de performance des Ong partenaires des 40 communes bénéficiaires du Projet multisectoriel de l'alimentation, de la santé et de la nutrition (Pmasn). Un bilan à mi-parcours pour de nouvelles résolutions.

Durant trois jours, des maires, des responsables d’Ong partenaires des quarante communes bénéficiaires du Projet multisectoriel de l'alimentation, de la santé et de la nutrition (Pmasn) et autres acteurs intervenant dans le secteur, procèdent à une évaluation financière et technique des activités. Venus de tous les départements du pays pour prendre part à Dassa-Zoumè à cette évaluation, ils seront mieux outillés au terme des travaux pour la suite des actions sur le terrain.
A l’ouverture des travaux de cet atelier, on notait la présence du maire de Dassa, Nicaise Fagnon; de Mireille Houensou, coordonnatrice régionale Zou-Collines du Can ; de Romain Abilé Houéhou, représentant des associations de consommateurs, et du professeur Rock Mongbo, secrétaire permanent du Conseil de l’alimentation et de la nutrition (Can) et coordonnateur du Pmasn.
Le gouvernement a bénéficié de la part de la Banque mondiale d'un crédit d'un montant d’environ 14 milliards de francs Cfa pour la mise en œuvre du Projet multisectoriel de l'alimentation, de la santé et de la nutrition sur la période 2014-2019. Ce projet est exécuté par le Secrétariat permanent du Conseil de l'alimentation et de la nutrition (Sp-Can). Le Pmasn a pour mission d'«accroître la couverture et l'utilisation des interventions à base communautaires relatives à la nutrition et à la croissance des enfants dans les zones ciblées dans 40 communes du Bénin ». Il vise principalement, rappelle le professeur Roch Mongbo, les cibles de la fenêtre d'opportunités des 1000 premiers jours de vie, les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes, les adolescents et adolescentes.
Le professeur Roch Mongbo indique l'atelier vise à examiner la performance des Ong partenaires contractées pour la mise en œuvre des activités communautaires du projet dans les 40 communes bénéficiaires. Il s'agira de présenter les points d'étapes technique et financier de mise en œuvre des interventions à base communautaire relatives à la nutrition et à la croissance des enfants au titre des trois premiers trimestres par chacune des seize Ong.
Mireille Houensou, coordonnatrice régionale Zou-Collines du Can, précise que « Le présent atelier tient ses origines du fait de la nécessité d’une évaluation bilan des Ong partenaires dans l’approche d’intervention dans le secteur de l’alimentation de la santé et de la nutrition.
Le Sp-Can a cosigné, conjointement avec les maires, des contrats de partenariat avec ces Ong sélectionnées. Les contrats ont pris effet le 1er novembre 2016 dans les 21 premières communes pour une durée d'un an et renouvelé en octobre 2017 pour la même durée. Tandis que, depuis août 2017, ceux des 19 communes restantes sont activés pour une durée d'un an. Ce qui justifie la présence de plusieurs maires à cette rencontre de Dassa.

Activités

Malgré les difficultés rencontrées par les Ong des communes, notamment la pénurie des outils de travail, elles ont procédé, entre autres activités, à l'état des lieux à travers le diagnostic de la commune, à la sélection des villages et au recensement des cibles. Elles ont également formé les équipes des Ong (animateurs, superviseurs et responsables de projet sur certaines thématiques du manuel complet de base en alimentation, santé et nutrition), procédé au dépistage des enfants de moins de 5 ans et organisé au sein des communautés, des interventions relatives à la nutrition et à la croissance des enfants.
Des missions de contrôle de la qualité technique et financière ont été réalisées par les coordinations régionales dans toutes les six régions dans les 40 communes bénéficiaires.
Les contrats signés avec les Ong en cours arrivent à échéance le 31 août et 31 octobre respectivement dans les 19 communes de la deuxième vague et les 21 premières communes. Pour éviter une discontinuité des interventions communautaires dans les 40 communes, le Sp-Can a entrepris un processus intégré d'examen de la performance des seize Ong dans la mise en œuvre des contrats. C'est ce qui justifie aussi l'organisation de cette rencontre d'examen des performances des Ong des 40 communes.
Durant les trois jours de travaux, les participants auront à partager les résultats et les leçons apprises des missions du contrôle de qualité effectuées par les six coordinations régionales. Ils se sépareront demain mercredi 5 septembre avec en main de nouvelles feuilles de route pour la suite du processus pour garantir l'effectivité de continuité des activités communautaires dans les 40 communes?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 957 fois