En fin de semaine dernière, les membres de la Plate-forme communale de réduction de risques de catastrophes et d’adaptation aux changements climatiques de Malanville ont tenu deux réunions urgentes. C’est suite à la montée vertigineuse des eaux du fleuve Niger et aux dégâts dus aux pluies diluviennes qui s’abattent ces derniers jours sur la commune.

La montée des eaux du fleuve Niger au niveau du pont à Malanville est inquiétante. De 886 ml l’année dernière à pareil moment, le niveau est passé à 930 ml en fin de semaine dernière. Aux dégâts liés à la sortie du fleuve et de ses affluents de leurs lits, s’ajoutent ceux occasionnés par les pluies diluviennes qui, depuis quelque temps, tombent pratiquement tous les jours dans la région. D’où les réunions de crise des vendredi 31 août et samedi 1er septembre derniers tenues par les membres de la Plate-forme communale de réduction de risques de catastrophes et d’adaptation aux changements climatiques. C’était sous la direction du maire Inoussa Dandakoé.
L’occasion lui a permis, une nouvelle fois, d’appeler le gouvernement et les partenaires techniques et financiers à aider la commune à en finir définitivement avec le récurrent problème des inondations, à travers la réalisation d’une digue de protection. Le Conseil communal seul ne peut faire face aux désastres enregistrés sur le terrain. De la part des participants aux deux réunions, il a souhaité avoir des propositions concrètes pour une gestion efficace de la situation.
Pour l’instant, la sensibilisation de la population va se poursuivre. Il en sera de même pour l’identification des sites pouvant accueillir les sinistrés.
Les membres de la plate-forme ont toutefois conseillé au maire de faire un plaidoyer à l’endroit du gouvernement pour leur apporter une assistance en vivres, couvertures et autres afin de les soulager. Pour permettre à la population de Malanville de surmonter l’épreuve qu’elle endure, un appel à la solidarité a été lancé par le maire aux membres de son conseil communal.
Déjà, des équipes ont été déployées sur toute l’étendue du territoire de la commune pour évaluer l’ampleur des dégâts. Elles auront également à rassurer les sinistrés.
Dans certaines localités où il est descendu, le maire a pu appréhender l’ampleur du sinistre, comme à Wollo et Tassi Tédji où les pluies diluviennes tombées, jeudi 30 août dernier, ont fait un mort, cinq blessés et d’importants dégâts, suite à l’effondrement de la dalle traditionnelle d’une maison construite en terre battue. Moins chanceuse que ses quatre enfants et son époux grièvement blessés et transportés à l’hôpital pour suivre des soins, la mère de famille a rendu l’âme sur place.
Présentant ses condoléances à la famille éplorée, le maire Inoussa Dandakoé a appelé ceux qui vivent dans les habitations à risque, par ces temps de fortes pluies, à les abandonner. Il a également saisi l’occasion pour inviter la population de sa commune à éviter de se baigner dans le fleuve ou le traverser en utilisant des pirogues artisanales.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 953 fois