Le coordonnateur-résident du Système des Nations Unies au Bénin, Siaka Coulibaly, et le ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys, ont procédé, en présence des cadres du secteur, à la revue semestrielle du programme de coopération Bénin-Système des Nations Unies au 30 juin 2018, revue dénommée « Effet 5 de l’Undaf». C’était vendredi 31 août dernier à Cotonou.

L’objectif de la revue semestrielle du groupe Effet 5 de l’Undaf organisée, vendredi dernier à Cotonou, est d’apprécier et de valider les résultats de l’ensemble des projets et programmes qui concourent à la réalisation de l’Effet 5 de l’Undaf, a souligné Siaka Coulibaly, coordonnateur-résident du Système des Nations Unies au Bénin. Il est prévu que, d’ici à la fin de l’année 2018, les institutions nationales et locales appliquent davantage les bonnes pratiques et principes de gouvernance inclusive, transparente et redevable.
Dans le cadre de la coopération entre le Système des Nations Unies (Snu) et le gouvernement du Bénin, Siaka Coulibaly rappelle les cinq volets couverts par l’Effet 5 portant sur la gouvernance, la participation et la décentralisation. Il s’agit, précise-t-il, du renforcement des réformes administratives, économiques et institutionnelles pour mettre en œuvre des politiques et programmes de développement ainsi que du renforcement des capacités et des processus nationaux, locaux et sectoriels de planification, programmation, budgétisation, suivi-évaluation et de gestion macro-économique. Il est également inscrit le renforcement de l’Assemblée nationale et des autres institutions de l’Etat afin qu'ils assurent mieux leurs prérogatives constitutionnelles par l’amélioration du processus de développement inclusif, la conduite des processus électoraux et la mise en œuvre des procédures et mécanismes appropriés facilitant l’accès des populations vulnérables à la justice.
L’une des préoccupations majeures au cours des assises, a martelé le coordonnateur résident du Snu, a été la recherche de la maximisation des possibilités de synergie pour plus d’efficience entre les interventions.
Etant donné l’importance du secteur de la gouvernance pour le développement économique et social durable du Bénin, Siaka Coulibaly salue l’engagement du ministère du Travail et de la Fonction publique et souhaite l’intensification du plaidoyer à l’endroit des autres ministères impliqués pour un leadership au plus haut niveau. Il a souhaité que les bonnes pratiques et principes de gouvernance inclusive, transparente et redevable soient disséminés à tous les niveaux.
Adidjatou Mathys, ministre du Travail et de la Fonction publique, en tant que chef de file de la composante Gouvernance-participation-décentralisation rappelle comment les actions de partenariat avec le Système des Nations Unies permettent d’apprécier le renforcement des institutions y compris les organisations de la société civile, le soutien aux initiatives de réformes administratives, institutionnelles et politiques. Ce partenariat, selon elle, promeut l’accès des personnes vulnérables à la justice et au respect de leurs droits, afin que règne une bonne gouvernance assortie d’une participation de tous au développement socio-économique du Bénin. Ces objectifs sont en cohérence avec le Programme d’action du gouvernement (Pag), à en croire Adidjatou Mathys. Dans l’atteinte des objectifs, des stratégies, explique-t-elle, ont été mises en place, des actions planifiées dans une démarche participative de toutes les parties avec d'importants appuis des agences du Snu du groupe Effet 5 Undaf. Il s’agit, selon le ministre, de marquer une pause pour faire le point des actions menées, évaluer les progrès réalisés dans le secteur et de trouver des solutions aux difficultés auxquelles ont été confrontés les acteurs pour la prise de mesures idoines, afin que les résultats obtenus à fin 2018 soient des plus reluisants.
Des échanges féconds ont été menés pour ajuster les actions en cours dans la perspective de l’atteinte des objectifs de l’année, a-t-elle indiqué, avant de témoigner sa gratitude au Pnud pour la capitalisation des acquis enregistrés pour un prochain cycle mieux élaboré.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 787 fois