Les cadenas posés sur les bureaux du siège de l’arrondissement d’Oumako, dans la commune de Comé, ont été sautés, vendredi 31 août dernier, sous la supervision du préfet du Mono, Komlan Zinsou et du clerc assermenté, Obasky Houaga. L’opération effectuée sous haute surveillance policière vise, aux dires du préfet, à remettre en fonction les différents bureaux et, ce, au grand bonheur des citoyens qui vont y renouer avec des services administratifs.

« En tant que maillon du service public, l’arrondissement est le siège de la représentation locale où sont offerts aux populations plusieurs services tels que les légalisations d’actes, les déclarations de naissances et de décès, les dépôts de signature, l’établissement de certificat de résidence, d’attestation de résidence et autres », a souligné le préfet.
Reconnaissant envers le gouvernement et la préfecture de Lokossa qui ont pesé de leur poids pour que devienne effective cette réouverture après une longue crise, le maire Pascal Houessou a indiqué que force doit rester à la loi. Il assumera la gestion des affaires de l’arrondissement cumulativement avec ses charges de maire de la commune de Comé. Il sera aidé dans ses tâches par le secrétaire de l’arrondissement qui y assurera la permanence.
Les bureaux ont été fermés depuis 2016, suite à un arrêt de la Cour suprême invalidant les dernières élections locales à Oumako. Aussi, les mécontentements suscités par l’invalidation n’ont-elles pas permis d’assurer la continuité des services encore moins d’élire un autre membre du conseil communal de Comé à la tête de l’arrondissement. A Oumako, un seul poste de conseiller communal est prévu dans le Code électoral alors qu’une frange de la population n’entend pas voir l’arrondissement être dirigé par un conseiller communal élu ailleurs.

Désiré C. VIGAN A/R Mono-Couffo

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 953 fois