Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, et le Nonce apostolique du Vatican près le Bénin, Brian Udaigwe, ont procédé, ce jeudi 23 août à la signature des documents marquant l'entrée en vigueur de l'accord-cadre entre le Bénin et le Saint-Siège. Cet acte consacre le statut juridique de l'Eglise catholique au Bénin.

Signé le 21 octobre 2016, l'accord-cadre entre le Bénin et le Saint-Siège relatif au statut juridique de l'Eglise catholique au Bénin vient d'entrer en vigueur suite à la signature du procès-verbal et l'échange des instruments et documents de ratification. Constitué de 19 articles, ce document de référence a pour objet de fixer le cadre juridique des relations entre le Saint-Siège et le Bénin. Il vise à contribuer à la promotion des actions en faveur du bien commun. 

« Tout en préservant l'autonomie et la souveraineté qui leur sont propres, les deux parties s'engagent à œuvrer ensemble pour le bien-être social, spirituel et surtout l'intérêt général auquel l'Etat et l'Eglise tiennent », a expliqué le Nonce apostolique Brian Udaigwe. À l'en croire, la signature des documents intervenue hier garantit à l'Eglise la possibilité de mener à bien sa mission de développement intégral de toute la personne humaine au Bénin. De ce fait, le Nonce apostolique Brian Udaigwe a salué le gouvernement béninois pour la diligence et l'accompagnement dont il a témoigné le long de la procédure. « La visite du chef de l'Etat, Patrice Talon, au Vatican, le 18 mai dernier, pendant laquelle il a rencontré le Saint-Père et le cardinal secrétaire d'Etat y a donné une impulsion », a-t-il ajouté. Il a évoqué l'implication active du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, des deux derniers ambassadeurs du Bénin près le Saint-Siège et de la Conférence épiscopale du Bénin.
Le ministre Aurélien Agbénonci dit avoir été surpris de constater à sa prise de fonction que cet accord n'ait pas encore été signé dans le pays de Son Eminence Bernadin Cardinal Gantin. Il ajoute que l'échange des instruments de ratification en ce qui concerne le Saint-Siège et d'acceptation en ce qui concerne le Bénin vient parachever un processus entamé depuis plusieurs années. Cet échange constitue, selon lui, la preuve que le gouvernement béninois souhaite faciliter à l'Eglise catholique l'exercice de sa mission de développement puisqu'elle est conforme à la Constitution béninoise qui, tout en faisant du Bénin un État laïc, garantit la liberté de croyances. «Le Bénin est disposé et continuera à respecter les engagements pris dans cet accord-cadre», a-t-il affirmé.
Appréciant les relations entre le Bénin et le Saint-Siège, le ministre Aurélien Agbénonci a rappelé l'accueil chaleureux dont le chef de l'Etat Patrice Talon a bénéficié lors de sa rencontre avec le Saint-Père et le cardinal secrétaire d'Etat. À l'en croire, la qualité des échanges entre les deux parties prouve que l'institution que constitue l'Eglise reste attentive aux progrès en cours et aux efforts qu'il reste à faire pour que le développement de tout l'homme soit de mise au Bénin à travers la justice, la lutte contre la misère et la pauvreté... « Nous connaissons le rôle de l'Eglise catholique dans l'histoire. Nous savons ce que la République doit à cette Église dans la formation des hommes, dans la santé, dans l'éducation... C'est une relation positive », a-t-il confié.
La cérémonie s'est déroulée en présence du président de la Conférence épiscopale du Bénin, Mgr Victor Agbanou, de l'Archevêque ordinaire des lieux, Mgr Roger Houngbédji, des évêques Aristide Gonsallo du diocèse de Porto-Novo, Cyrille Houndékon d'Abomey et François Gnonhossou de Dassa.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1578 fois