Pour la session supplémentaire de la cour d’assises de la cour d’appel de Cotonou, une autre composition de la juridiction a connu, mercredi 22 août dernier, d’un dossier de coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité permanente. Au terme de l’examen, Aboubacar Dada a été condamné à 7 ans de travaux forcés.

Ayant déjà passé plus de six ans de détention préventive, il a encore quelques mois pour purger sa peine.
A la barre mercredi dernier, Aboubakar Dada a reconnu les faits de coups et blessures volontaires ayant entrainé une infirmité permanente qui lui sont imputés. Il a été défendu par Me Yves Kossou.
Pour les faits, le 18 mars 2012, aux environs de 20 h, alors qu’il était en train de réparer sa motocyclette dans sa concession sise à Yèvié (Zinvié), Amakpé Sonon fut agressé par Aboubacar Dada. Lors de cette agression, dont le mobile réside dans le différend qui les opposait au sujet d’un domaine remis pour exploitation et de deux portables, Aboubacar Dada, après avoir porté des coups de machette à Amakpé Sonon à plusieurs parties de son corps, lui amputa deux doigts de la main droite. La femme d’Amakpé Sonon, la nommée Dansi Founlayé fut également blessée à l’occasion.
Inculpé de coups et blessures volontaires ayant entraîné une infirmité permanente, Aboubacar Dada a reconnu les faits à toutes les étapes de la procédure.

D.P.D.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1406 fois