Unicef-Bénin et Social Watch organisent une formation sur le processus budgétaire, la participation citoyenne et la redevabilité citoyenne ainsi que la budgétisation sensible aux enfants, au profit des hommes des médias et des organisations de la société civile. L’atelier ouvert, ce jeudi 23 août à Cotonou, vise à outiller les participants sur ces différentes thématiques en vue de favoriser leur regard critique.

La problématique de la budgétisation sensible aux enfants et de redevabilité citoyenne préoccupe les acteurs à divers niveaux. C’est dans ce cadre que s’inscrit la formation sur les finances publiques au profit des médias et des Osc ouverte hier à Cotonou. C’est une initiative conjointe de l’Unicef et de Social Watch-Bénin. Les deux institutions entendent approfondir la collaboration dans les domaines des budgets sensibles aux enfants, de la redevabilité et de la participation des communautés au processus de développement. 

La finalité est de renforcer les capacités des Osc et des médias en matière de finances publiques en concourant notamment à l’amélioration de la qualité de leur contribution au processus budgétaire avec un accent particulier sur les enfants.
A l’ère des grandes réformes dans le domaine des finances publiques, il est important que les différents acteurs de la société civile et des médias soient outillés pour mieux assurer leur mission de veille et d’information des citoyens sur l’utilisation des ressources publiques, souligne la représentante de la présidente de Social Watch Bénin, Pascaline Gbaguidi Fagninou.
L’atelier permettra aux participants « de se familiariser avec le cycle budgétaire et les fenêtres d’opportunités, mais également d’être mieux outillés pour apprécier les options de politique budgétaire du gouvernement en vue de faciliter le suivi et le plaidoyer pour de meilleures allocations dans les secteurs sociaux sensibles aux enfants », indique le représentant résident adjoint de l’Unicef au Bénin, François Kampundu.
Selon lui, les questions budgétaires sont au centre de la problématique des droits des enfants. « Les budgets sociaux affectent la vie des enfants et des familles directement. Ils fournissent des services de santé, d’éducation, de protection sociale, d’assainissement et d’eau potable », développe-t-il. Il poursuit : « Ces budgets sont encore plus importants pour les groupes vulnérables comme les personnes âgées, les enfants, les pauvres et les populations des régions rurales et par conséquent des réductions dans ces budgets les affectent fortement ».

Impératif

Le renforcement des capacités des organisations de la société civile impliquées dans le suivi budgétaire devient plutôt un impératif en vue d’un accompagnement qualitatif de l’action publique », soutient le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Servais Adjovi.
La formation vise à favoriser un meilleur suivi et une bonne analyse du budget, de même que la veille sur la transparence dans la gestion des finances publiques et la prise en compte des besoins des enfants dans les budgets.
Elle se veut un cadre d’échanges et de collaboration pour des actions futures entre la société civile et les médias pour le renforcement de la transparence, de la participation citoyenne et de mise en débat de la situation des enfants au Bénin en vue d’une budgétisation sensible à leurs besoins dans les secteurs sociaux.
Le Bénin mesure l’enjeu de la budgétisation sensible aux enfants. Il a fait l’option d’améliorer de façon substantielle sa position en matière de transparence budgétaire, explique le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances. Le pays entend poursuivre et renforcer les réformes déjà entreprises. Ces réformes concernent la poursuite de la publication régulière des documents budgétaires de référence, le renforcement de la participation des citoyens dans le processus budgétaire et le renforcement de la transparence et contrôle citoyen, détaille Servais Adjovi.
Le challenge pour le pays est d’aller au-delà des résultats actuels en adoptant une approche productive qui permet d’atteindre les standards internationaux en matière de transparence budgétaire, de participation citoyenne et de redevabilité.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1419 fois