A la faveur d’un atelier départemental d’évaluation à mi-parcours des interventions des partenaires sur le site d’accueil des sinistrés de Gouandé dans la commune de Matéri, tenu vendredi 17 août dernier à Natitingou, il a été question d’élaborer des stratégies pour une meilleure coordination des actions de prise en charge des sinistrés et de gestion de la crise née des violences à l’égard de la communauté peule de Cobly.

Les acteurs départementaux et communaux impliqués dans la gestion des déplacés des violences de Cobly ont saisi l’occasion de l’atelier initié par le Centre béninois pour le développement des initiatives à la base (Cbdiba-Ong) avec l’appui de Plan International Bénin pour définir les stratégies adéquates pour une meilleure prise en charge desdits sinistrés. 

Les appels aux violences lancés par une frange de la population de Cobly contre la communauté peule, le 7 juillet dernier suite à la découverte du corps d’un fermier dans un village de l’arrondissement de Datori, ont en effet fait sept morts et d’énormes dégâts matériels.
Pour Simplice Amagbégnon, directeur exécutif de Cbdiba-Ong, cette rencontre vise à établir une feuille de route et à mieux recentrer la coordination des actions pour une meilleure mobilisation des partenaires sur le terrain.
La rencontre a d’abord permis aux acteurs de faire le point de la crise, des actions menées et de s’imprégner des normes en matière d’assistance en temps de crise.
S’appuyant sur le plan de contingence national présenté par Omer Hounmongbo, coordonnateur des programmes de Plan International Bénin dans le Nord Bénin, les participants à cet atelier ont mis en place des clusters pour mieux peaufiner des stratégies en vue d’une gestion efficiente de l’aide aux sinistrés et surtout pour une solution durable à la crise.
Il s’agit notamment des clusters Education, Communication, Santé, Protection sociale, Assistance psychosociale et Etat civil, Habitat et Relogement, Sûreté et Sécurité des populations et des acteurs humanitaires, Sensibilisation des populations et Vivres et non vivres.
Un plan d’action d’urgence a été également établi pour, entre autres, libérer les écoles où sont logés pour l’heure les sinistrés avant le 17 septembre, date de la rentrée scolaire.
En saluant la qualité du travail abattu par les participants, Abdoulaye Affo, secrétaire général de la préfecture de Natitingou, a, au nom du préfet de l’Atacora, exhorté chaque acteur à s’impliquer véritablement dans la mise en œuvre des actions et stratégies déterminées et surtout à approfondir les réflexions pour que plus jamais de tels conflits ne viennent à envenimer les relations entre agriculteurs et éleveurs dans le département?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1397 fois