Des étudiants bénéficiaires de bourses chinoises ont reçu, vendredi 17 août dernier à Cotonou, leurs lettres d’admission, de même que leurs billets d’avion des mains de l’ambassadeur de Chine près le Bénin, Peng Jingtao, en présence du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Ils sont 38 étudiants béninois bénéficiaires de bourses d’études universitaires dans divers domaines en Chine, pour le compte de l’année académique 2018-2019. Quelques heures avant leur départ, les lauréats ont reçu leurs lettres d’admission et billets d’avion pour leurs séjours en Chine, des mains de l’ambassadeur de Chine près le Bénin.

Peng Jingtao rappelle que le gouvernement de Chine offre des bourses aux étudiants béninois qui n’ont pas de grands moyens. Il souligne par ailleurs que le sous-secteur de l’enseignement supérieur a toujours occupé une place prioritaire dans les relations d’amitié entre son pays et le Bénin.
Ces nouveaux boursiers béninois en Chine, dit l’ambassadeur, feront des études dans des domaines variés comme le commerce international, l’agriculture, les relations internationales, les sciences sociales, les sciences de l’environnement, la sécurité informatique, le tourisme, etc. Ces 38 nouveaux étudiants, a-t-il souligné, seront par ailleurs répartis dans différentes villes chinoises pour mieux découvrir l’Empire du milieu et promouvoir l’amitié béninoise à travers le pays.
Pour Peng Jingtao, l’éducation doit faire changer de destin. Il souligne : « Une bourse en Chine va vous faire découvrir un pays aussi grand et aussi différent, et va aussi changer votre perception des choses ». Il ajoute que cette bourse permet aux étudiants de saisir beaucoup d’autres opportunités. Mais, il leur rappelle notamment qu’ils n’auront pas d’excuse à oublier d’où ils sont partis. « Partout où vous allez, vous représentez votre pays », a-t-il rappelé aux boursiers, avant de marteler qu’ils doivent savoir revenir dans leur pays pour prendre part à sa construction.
Marie Odile Attanasso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, conseille aux nouveaux boursiers de toujours avoir un regard sur le motif et le but de leur voyage et de leur séjour en terre chinoise. Elle les exhorte à suivre l’exemple des anciens boursiers qui, après avoir laborieusement acquis des connaissances, n’ont jamais oublié leur responsabilité de contribuer au développement du pays, tout en faisant la promotion de l’amitié sino-béninoise.
Marie Odile Attanasso n’a pas manqué de remercier le gouvernement chinois pour son appui désintéressé dans différents secteurs dont celui de l’enseignement supérieur. Tout en manifestant sa joie de voir que les filières d’études sont sélectionnées en fonction des domaines prioritaires du Programme d’action du gouvernement, le ministre insiste que ces boursiers reviennent prendre part à la construction de leur patrie. « Vous ne serez pas en Chine, si elle n’a pas été construite par des enfants chinois », leur a-t-elle lancé.
Oumou Eugénie Hounkponou, porte-parole des boursiers, consciente de leur responsabilité, témoigne sa gratitude aux autorités et au peuple chinois pour l’opportunité qu’ils leur offrent de poursuivre leurs études dans ce vaste pays. Elle rassure de leur engagement à prendre au sérieux leurs études, à faire preuve de discipline dans l’apprentissage de la vie en Chine et à respecter les fondamentaux de la République populaire de Chine.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1854 fois