La communauté musulmane du Bénin a célébré, ce mardi 21 août, la fête d’Aïd el-Kébir qui symbolise la soumission du prophète Ibrahim à Dieu. A cette occasion, les fidèles musulmans d’Akpakpa se sont regroupés autour de l’imam Ousmane Ibrahim à la place Idi de Sobetex pour implorer la paix sur le Bénin et la concorde au sein du peuple.

C’est au partage, à la solidarité et à la paix que l’imam Ousmane Ibrahim a exhorté les fidèles musulmans venus nombreux pour implorer Dieu à cette célébration de la fête de la Tabaski. Plusieurs personnalités politico-administratives ont honoré la célébration de leur présence dont le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané et le préfet Modeste Toboula. 

Ce sang du mouton versé doit amener tous les fidèles musulmans à cultiver autour d’eux l’amour, le partage et la paix, a prêché l’imam. « Le sang est versé en guise de purification pour notre pays, pour nos familles et tous ceux qui nous entourent », a-t-il confié. Il a prié pour le gouvernement, le chef de l’Etat, Patrice Talon, et pour tout le Bénin pour que la paix y règne.
Pour le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, le sermon est plein d’enseignements. « Le message important qu’il faut retenir aujourd’hui est d’appeler toute la communauté mais aussi tous ceux qui prient avec elle pour que ce sens de générosité et de solidarité soit partagé avec tout le monde », a-t-il laissé entendre.
L’imam a ensuite procédé à l’immolation du mouton en guise du rite qui permet aux fidèles de le faire à leur tour dans leurs familles respectives.
Selon les prescriptions du Coran, l’immolation doit se faire de sorte à amoindrir la souffrance du mouton avant qu’il meure. Il est proscrit de lui attacher les deux pattes avant et arrière mais plutôt l’attacher en laissant un pied pour qu’il se débatte avant de mourir.
« La récompense que nous avons en immolant, c’est par nombre de poils qui se trouve sur la bête », a fait savoir l’imam Ousmane Ibrahim avant de procéder au rite. « Le sang du mouton que nous versons aujourd’hui joue un rôle important dans notre vie et nous épargne des mauvais sorts, des mauvais destins que nous ne maîtrisons pas. Qu’il en soit ainsi pour tout le monde et pour le Bénin ! », a-t-il ajouté.
Selon la tradition, le prophète Ibrahim a suivi le conseil à lui donné par Dieu qui lui a demandé de lui sacrifier un bélier en lieu et place de son fils Ismaël.
Pour l’islamologue Tidjani Traoré, les musulmans doivent sacrifier à cette tradition pour témoigner leur foi à Allah. « Mon souhait est que nous vivions en paix, dans la concorde, puisque nous sommes un pays laïc où différentes religions cohabitent. Qu’il y ait de brassage interreligieux et que Dieu aide nos gouvernants à mieux nous diriger et que nous populations, nous nous sentions mieux dirigés. Que Dieu les éclaire davantage ! », a-t-il poursuivi?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 746 fois