Une bâtisse de cinq niveaux fait désormais office d’hôtel de ville de la commune de Dogbo. Constituée d’une quarantaine de bureaux destinés tant aux élus qu’aux services techniques de la mairie, la bâtisse dont la splendeur est davantage mise en exergue dans la soirée par un système d’éclairage, est aussi innovante.

D’un coût global avoisinant 300 millions de francs Cfa, les travaux de construction de l’hôtel de ville ont démarré, aux dires de Vincent Acakpo, maire de Dogbo, depuis la deuxième mandature du conseil communal. Aussi le maire a-t-il exprimé ses remerciements au premier président du conseil à qui, selon lui, l’on doit l’architecture de l’édifice qualifié de « gratte-ciel » ou de « tour administrative », inédit dans la sphère des communes du Bénin. Le financement des travaux a été possible grâce à la mobilisation des crédits alloués dans le cadre des Fonds d’appui au développement des communes (Fadec) non affectés de 2013 à 2015, ajoutés aux fonds propres de la commune mobilisés en 2016 sans oublier le tout premier financement nommé fonds Papdc/Fdc de l’année 2009.
L’inauguration de l’édifice a eu lieu, mercredi 15 août dernier, en marge des festivités de la soixante-deuxième édition de la fête de retrouvailles des filles et fils de la commune. C’était l’occasion d’une cérémonie agrémentée d'un spectacle musical avec pour tête d’affiche Richard Flash. Pendant plusieurs heures, l’artiste a donné un cachet spécial à cette cérémonie commencée par la coupure du ruban symbolique consacrant la mise en service officielle de la bâtisse.
Placée sous la houlette du ministre Oswald Homeky, parrain de la présente édition de la fête de retrouvailles, la cérémonie a connu également la présence effective, du maire de Bohicon, Luc Attrokpo, président de l’Association nationale des communes du Bénin (Ancb) ainsi que la participation des maires Georges Bada d’Abomey-Calavi et de leurs pairs du Couffo.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1485 fois