Les travaux de renforcement d’alimentation en eau potable pour les populations sont désormais une réalité dans les départements du Borgou, de la Donga, du Zou et des Collines. Le ministre de l’Eau et des Mines, Samou Séidou Adambi, est allé constater l’état d’avancement de ces travaux, les 13 et 14 août derniers à la tête d’une forte délégation.

Les populations de Djougou, Parakou, Dassa-Zoumè et Glazoué pourront disposer d’eau potable en quantité dès le mois de janvier prochain. A preuve, les travaux de construction des infrastructures relatives à ce projet cher au gouvernement sont pratiquement terminés dans certaines villes. D’autres sont en cours de finition et les ouvrages seront mis en service dans quelques mois pour le bien-être des populations. C’est le constat fait par le ministre de l’Eau et des Mines lors de sa tournée, les 13 et 14 août derniers. 

A Djougou, Dassa-Zoumè et Glazoué, la disponibilité en eau potable n’est plus un rêve mais une réalité. Si les villes de Dassa-Zoumè et de Glazoué n’attendent que les branchements de l’énergie électrique pour l’inauguration des infrastructures réalisées grâce au don japonais, l’eau est disponible à Djougou avec un forage d’une capacité de 1 million de mètres cubes. Les kits d’abonnement sont visibles sur le terrain et à un prix promotionnel de 50 000 F Cfa.
Seulement que les populations qui continuent de faire usage des eaux de rivière ou de pluie sont encore réticentes pour leurs abonnements, d’où un faible taux d’abonnement pour lequel le ministre Samou Séidou Adambi a instruit le maire de Djougou à lancer une campagne de sensibilisation pour une adhésion massive. Selon le ministre Samou Séidou Adambi, pour une demande de 100 mètres cubes, la population peut disposer d’eau potable pour 50 ans si elle ne triple pas.
Le ministre et sa suite ont visité les infrastructures réalisées. Du point de forage au centre de traitement d’eau en passant par le château d’eau, le ministre est satisfait.
Le préfet de la Donga, Eliassou Soulémane Aïnin Biao, après avoir remercié le gouvernement grâce à qui son département dispose d’eau potable, a plaidé pour une extension du réseau aux localités rurales.
Le directeur général de la Soneb, Camille Dansou, l’a rassuré des dispositions en cours pour une extension dans ces localités comme Bariénou. Le ministre a également rassuré le préfet que les villes ne seront pas les seules pourvues en eau potable. Avec un barrage d’une capacité de plus de 1 million de mètres cubes nouvellement construit, dit-il, puis un réseau de sept forages, Djougou est à l’abri du manque d’eau. A l’issue de la visite guidée de ces infrastructures gérées avec un système de télégestion, le ministre de l’Eau est davantage rassuré. « Il existe un vaste projet d’adduction d’eau villageoise (Aev) pour les zones rurales. Ainsi, aucun Béninois ne peut souffrir de la pénurie de cette denrée précieuse.

Retard sur certains chantiers

Après Djougou, la délégation s’est rendue sur le barrage de l’Okpara pour une visite du chantier de construction de la station de pompage qui fera passer la capacité en eau de 500 m3 à 2000 m3 dans la ville de Parakou et de ses environs. Ici, un grand retard dans l’exécution du chantier a été constaté mais les entreprises s’attellent à rester dans le délai inscrit dans leur cahier des charges.
Les travaux du lot relatif au raccordement du barrage jusqu’au centre de traitement ont été confiés à l’entreprise chinoise Cgc qui, à ce jour, en est à un taux d’exécution physique de 26,41 % pour un délai déjà consommé à 58,33 %. Du barrage de l’Okpara au site de Banikanni où est en construction la station de traitement, rien ne prouve le respect du délai contractuel qui prend fin le 11 janvier 2019. Le taux d’exécution est de 7 % et la pose des conduites et accessoires est au ralenti.
Sur un autre site à Parakou, les travaux de construction du nouveau château d’eau de 500 m3 sont à 70 % d’exécution. En réaction contre ce retard, le ministre Samou Séidou Adambi a donné des instructions fermes au directeur général de la Soneb, Camille Dansou, pour des missions mensuelles afin d’accélérer les travaux.
« Il y a de réels motifs d’espérer, même s’il y a des raisons de craindre à certains endroits un retard. Nous tenons à dire notre reconnaissance au chef de l’Etat pour ce projet très ambitieux dont bénéficie la ville», a déclaré le préfet Djibril Mama Cissé.
Au nom des populations, les autorités municipales ont également remercié le gouvernement du président Talon pour les nombreux projets entrepris dans la commune.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1535 fois