La session de la Conférence administrative départementale (Cad) du Mono au titre du mois d’août 2018 a eu lieu, mardi 14 août dernier, à la préfecture de Lokossa. Sous l’égide du préfet Komlan Zinsou, les participants à cette séance statutaire se sont penchés sur plusieurs préoccupations dont les nouvelles prescriptions à observer pour la délivrance des permis de construire.

La mise en œuvre des nouvelles prescriptions pour la délivrance des permis de construire, objet de l’arrêté 131/Mcvdd/Sgm/Dghc/Dclr/Sa relatif à un décret pris en décembre 2017 portant sur la même matière, préoccupe la Conférence administrative départementale (Cad) du Mono. Lesdites prescriptions ont été revisitées, mardi 14 août dernier lors de la séance mensuelle de la Cad au titre d’août 2018, pour faire un état des lieux de leur mise en œuvre. C’était à travers une présentation du directeur départemental en charge du Cadre de vie. Gabin Accrombessi a indiqué que les prescriptions à observer varient suivant les types de constructions à réaliser. Lesquelles constructions doivent, à l’en croire, être définies par un architecte après l’obtention du titre foncier pour le domaine.

Rappelant par la suite les normes à observer telles que le respect de la mitoyenneté, de hauteur de l’immeuble à construire, la libération de l’espace devant servir de parking aux usagers du futur immeuble, il a fait constater que le ventre mou du processus au niveau du Mono demeure les formalités administratives à remplir. Il va stigmatiser notamment l’absence des commissions communales de permis de construire au grand dam des dispositions légales pour appeler les conseils communaux à jouer leur partition. Au titre des recommandations de l’arrêté à l’endroit des collectivités territoriales, laisse entendre le directeur départemental, chaque maire doit prendre notamment trois arrêtés communaux. Le premier arrêté instituera la commission communale de permis de construire ; le deuxième précisera la délimitation des zones urbaines assorti d’une carte de zonage et enfin, le troisième arrêté établira les sanctions à l’encontre des stationnements anarchiques sur les voies publiques.
Le décompte des communes à jour par rapport à ces dispositions, relève qu’à la date du mardi dernier, Comé est la seule à avoir passé à l’acte dans le département du Mono.
La situation est préoccupante, regrette le préfet qui a appelé les maires retardataires à doter leur commune des trois arrêtés. Il s’est montré particulièrement préoccupé par le cas de Lokossa, chef-lieu du département. Puisque les bâtiments y poussent, relève-t-il, comme des champignons alors que l’organe de permis de construire n'est pas encore fonctionnel et les autres dispositions ne sont entrées encore en vigueur.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1381 fois