Une douzaine d’équipes de facilitateurs du budget participatif parcourt, du 6 au 16 août, les soixante-deux (62) communes des départements de l’Atlantique, l’Atacora-Donga, Ouémé-Plateau, Mono-Couffo et Zou-Collines, pour plaider auprès des élus locaux pour l’adoption du budget participatif dans les communes du Bénin. Elles ont été déployées par l’Ong Alcrer et Social Watch Bénin dans le cadre de la mise en œuvre du Programme PartiCiP 2.

Amener les autorités communales à adhérer aux principes et à la mise en œuvre du Budget participatif (BP) dans leur commune. C’est l’objectif que poursuit le Programme PartiCiP 2 en déployant dans ses communes d’intervention une douzaine d’équipes de facilitateurs du budget participatif du 6 au 16 août prochain. A en croire le coordonnateur national du Programme de participation citoyenne aux politiques publiques au Bénin (PartiCiP, phase 2),  il s’agit à travers des échanges d’« éclairer les autorités communales aux fins de délibérer sur le budget participatif en vue de son expérimentation dans l’élaboration du prochain budget communal ». Pour Koami Gouton, coordonnateur du Programme Particip2, ces plaidoyers prépareront la phase pilote du budget participatif dans cinq communes qui se seraient engagées à mettre en œuvre ce processus de démocratie directe et représentative par lequel les populations décident de l’affectation de tout ou d’une partie des ressources publiques disponibles pour la réalisation des services de base. Ainsi, les facilitateurs déployés dans les communes par le Programme PartiCiP 2 échangeront avec le maire et ses collaborateurs sur la démarche et les avantages du budget participatif ainsi que les attentes et le rôle des différentes parties prenantes. 

L’intérêt de l’Ong Alcrer et Social Watch Bénin pour l’adoption de cette approche résulte, à ses yeux, des avantages pour le développement des communes. « Il permet une meilleure gestion des affaires locales à travers la réduction des coûts de mise en œuvre de projet par la participation communautaire et renforce la transparence et la performance des collectivités locales et peut conduire à une amélioration du niveau de recouvrement des impôts, taxes locales et des recettes locales en général », explique Koami Gouton.
A l’issue de cette mission, l’adhésion des élus locaux au BP sera manifestée par une affirmation de la volonté politique matérialisée par une délibération favorable du conseil communal.

 Source : ALCRER

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1643 fois