La Communauté électrique du Bénin (Ceb) célèbre, depuis le vendredi 27 juillet dernier, ses 50 ans d’anniversaire à Lomé au Togo où se trouve son siège social. Organisme international à caractère public de développement de l’énergie électrique au Bénin et au Togo, son capital social aujourd’hui est de 26 350 000 000 de francs Cfa.

Créée par l’accord international instituant le Code bénino-togolais de l’électricité de juillet 1968, la Communauté électrique du Bénin (Ceb) a aujourd’hui 50 ans. La mission principale de cet organisme international à caractère public de développement de l’énergie électrique au Bénin et au Togo est de fournir de l’énergie électrique en quantité, en qualité et à moindre coût aux deux Etats dans un esprit d’équité environnementale et sociale. 

Selon le Code bénino-togolais de l’électricité (révisé en 2003 puis en 2015) qui consacre l’ouverture du segment de la production aux producteurs indépendants et l’ouverture des achats d’énergie, la Ceb a des missions essentielles. Ces missions ont largement été expliquées par le directeur général, Karimou Chabi Sika, vendredi 27 juillet dernier au cours de la conférence de presse animée à Lomé lors des manifestations du cinquantenaire de l’organisme.
Pour le directeur général, la Ceb a pour mission de réaliser et d’exploiter selon les règles appliquées par les sociétés industrielles et commerciales, des installations de production d’énergie électrique pour les besoins des deux Etats en qualité de transporteur exclusif.
La Communauté électrique du Bénin conclut en cas de nécessité, avec les pays voisins des deux Etats, des accords relatifs à l’importation de l’énergie électrique. Dans ce cas, chacun des deux Etats s’engageant à ne conclure séparement aucun accord d’importation d’énergie électrique. Mais, ils peuvent conclure, en cas de nécessité, des accords d’exportation de l’énergie électrique excédentaire avec des pays voisins des deux Etats.
Selon les principes de base qui l’ont créée, la Ceb peut conclure, en cas de nécessité avec des pays voisins des deux Etats, des accords de transit de l’énergie électrique. Elle assure, grâce à son Centre de formation professionnelle et de perfectionnement basé à Abomey-Calavi au Bénin, la formation et le perfectionnement au profit des entreprises des deux Etats sans exclusive.
L’autre mission essentielle de la Ceb, c’est de planifier la production et le transport de l’énergie électrique en liaison avec les ministères en charge de l’Energie pour les besoins des deux Etats. Elle exerce aussi au profit du Bénin et du Togo les missions de centre de réparation et d’entretien, de centrale d’achat de matériels et d’équipements, de bureau d’études et d’ingénierie, étant entendu que ces missions n’ont pas un caractère obligatoire pour la Ceb.

Système de gouvernance

Dans le cadre de son fonctionnement, la Ceb dispose d’un système de gouvernance qui lui permet de remplir correctement ses missions. Ainsi, il a été mis en place dès la création de la communauté, le Haut conseil inter-étatique (Hcie). Cet organe constitue l’instance suprême d’administration de la Ceb et est composé de huit ministres désignés par le gouvernement de chacun des deux pays à raison de quatre ministres par Etat.
En dehors du Hcie, la Ceb est aussi dotée d’une Haute Autorité (Ha). Cette instance est composée de dix membres à raison de cinq membres par Etat. Les membres de cet organe sont choisis parmi les hauts fonctionnaires en raison de leurs compétences en rapport étroit avec les missions de la Ceb. Elle constitue le Conseil d’administration de la Ceb.
Il y a enfin la Direction générale. Elle est composée d’un directeur général ressortissant de l’Etat n’abritant pas le siège de l’organisme et d’un directeur général adjoint ressortissant de l’Etat où se trouve le siège. Sous cette direction générale, il y a deux directions régionales, dont l’une est au Bénin et la seconde au Togo ; puis deux directions centrales dont la direction centrale de Nangbéto et la direction du Centre de formation professionnelle et de perfectionnement. Ce centre est identifié aujourd’hui comme un centre d’excellence par le Système d’échange d’énergie ouest-africain (Eeeoa ou Wapp).

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1277 fois