Bénin Taxi est désormais présent à Porto-Novo avec une flotte de trente véhicules. Le démarrage des activités a été officiellement lancé, ce jeudi 26 juillet, à Porto-Novo par le directeur de cabinet du ministre d’Etat chargé du Développement, Ruffino d’Almeida.

Le projet « Bénin Taxi » pose désormais ses valises à Porto-Novo, après les autres grandes villes du Bénin déjà couvertes. Il étend ses activités avec le même objectif, celui de rehausser le niveau de l’offre en matière de mobilité humaine, en vue de contribuer à accroître l’attractivité touristique au Bénin. L’extension du projet est devenue une réalité depuis ce jeudi 26 juillet, avec la mise en place d’une flotte de trente véhicules flambant neufs et pour desservir Porto-Novo et les autres communes des départements de l’Ouémé/Plateau. Les voitures, en plus d’être climatisées, sont équipées de système électronique de géolocalisation et de communication moderne permettant aux usagers de disposer de connexion Internet Wifi, d’informations diverses et de faire leurs réservations par appel téléphonique ou via leurs téléphones portables androïdes. Le prix a été fixé à 1000 francs Cfa la course à l’interne de la zone à Porto-Novo. En dehors de la zone, le coût est discutable avec l’artisan. La location est d’un montant de 45 000 F Cfa, carburant non compris. Mais la demi-journée est de 25 000 FCfa. Un numéro vert 130 est mis à la disposition des usagers qui peuvent appeler pour joindre les conducteurs pour leur déplacement. 

Pour le directeur de cabinet du ministre d’Etat chargé du développement, Ruffino d’Almeida, le projet « Bénin Taxi », est loin de se substituer aux initiatives privées de taxis et aux conducteurs de taxi motos communément appelés zémidjan. Il vient plutôt inciter l’offre en mettant en exergue la qualité et la norme souhaitées pour cette activité. Ruffino d’Almeida se réjouit qu’après une année d’activité à Cotonou et environs, Bénin Taxi ait pu impulser un changement dans les habitudes locales de consommation en matière de transport urbain et a contribué à accroître l’attractivité touristique. Il a invité les uns et les autres à ne ménager aucun effort pour apporter aux artisans c’est-à-dire les conducteurs toute l’attention requise. Il a exhorté ces derniers à prendre bien soin du véhicule et à respecter les consignes de l’équipe d’encadrement, conformément aux formations qu’ils ont reçues.
Le directeur général du Centre de partenariat et d’expertise pour le développement durable (Ceped), et coordonnateur général du projet Bénin Taxi, a rappelé le principe du projet. Selon Assan Séibou, les artisans ont pris les véhicules sur la base d’un contrat qu’ils ont passé avec son centre pour travailler et rembourser le taxi dont le prix hors taxes a été négocié. Ils sont astreints au versement d’une certaine somme au quotidien jusqu’au payement du coût du véhicule. Les trente véhicules de la flotte de Porto-Novo ont bénéficié d’une assistance au démarrage en assurance, visite technique, carburant, technologie de gestion clientèle, et autres afin qu’il démarre sans embuche. Pour des soucis de gestion pratique et des contraintes du secteur privé, le gouvernement a décidé de confier la gestion au quotidien, à un partenaire technique privé, rappelle Assan Séibou qui informe que le projet a déjà créée plus de 1000 emplois directs et indirects.
Le représentant du préfet de l’Ouémé, Ferdinand Agbayahoun, le maire de Porto-Novo, Emmanuel Zossou et son collègue de Sèmè-Podji, Charlemagne Honfo se sont tous réjouis de l’extension de « Bénin Taxi » à Porto-Novo, après les autres villes déjà couvertes où le projet impacte considérablement l'attractivité touristique. Au regard de l’engouement populaire qu'a suscité le projet, ils félicitent le chef de l’Etat, Patrice Talon pour cette initiative qui constitue une des réalisations concrètes et visibles du gouvernement. Laquelle pourra permettre de booster le Programme d’actions du gouvernement (Pag). La cérémonie de lancement s’est achevée par la course inaugurale des autorités présentes qui ont emprunté ces taxis avec une somme de 2000 francs Cfa pour manifester symboliquement leur bénédiction aux artisans.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3305 fois