Le Conseil régional de l’épargne publique et du marché financier (Crepmf) entend désormais orienter ses actions prioritaires vers de grands axes de développement. Ces actions ont été dévoilées, ce jeudi 19 juillet à Cotonou, à la faveur d’une rencontre d’information et de sensibilisation organisée à l’intention des étudiants de l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management, de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature et des grandes écoles et instituts universitaires du Bénin.

Des études récentes ont démontré que le marché financier régional reste méconnu du grand public. Ce qui se traduit par une sous-information importante du public sur le marché financier et une méconnaissance de ses produits ; puis une très faible connaissance des mécanismes de fonctionnement de l’appel public à l’épargne et du placement privé. C’est dans ce contexte que le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (Crepmf) a décidé de renforcer sa communication institutionnelle vis-à-vis du public. 

La rencontre d’information et de sensibilisation organisée, ce jeudi à Cotonou, fait suite à celles organisées à Ouagadougou au Burkina Faso et à Dakar au Sénégal. Elle a permis d’entretenir les étudiants de l’Ecole nationale d’économie appliquée et de management (Eneam), de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam) et des étudiants des grandes écoles et instituts du Bénin sur le marché financier régional, son organisation, son évolution, ses perspectives et opportunités.
A la cérémonie d’ouverture de la rencontre, le président du Crepmf, Mamadou Ndiaye, a rappelé que les performances du marché financier régional, bien qu’en progression, restent encore modestes au regard des enjeux de développement des économies des pays de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa). Selon lui, depuis son démarrage en 1998, jusqu’à fin 2017, le marché financier régional a permis de mobiliser plus de 7 500 milliards de francs Cfa. Sur la seule année 2017, poursuit-il, le montant des émissions du marché primaire s’est élevé à environ 1 396 milliards de francs Cfa effectivement mobilisés.
Pour sa part, souligne-t-il, la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) a affiché au 30 juin 2018, une capitalisation boursière totale de 9 461 milliards de francs Cfa, soit environ 15 % du Produit intérieur brut (Pib) de l’union.
Malgré les efforts consentis pour la promotion du marché financier régional par les autorités, le président du Crepmf regrette que les entreprises publiques comme privées hésitent encore à s’adresser à ce marché pour financer les investissements. Et pourtant, selon les estimations, un potentiel d’épargne de près de 500 milliards de francs Cfa est disponible dans la sous-région chaque année. Une épargne qui ne demande qu’à être mobilisée, sans compter les investisseurs étrangers qui s’intéressent de plus en plus à ce marché financier régional compte tenu des niveaux de rémunération offerts et des enjeux de diversification des risques. C’est là un des défis que le Crepmf, selon lui, doit relever.

Défis

Pour relever ces défis pour le développement du marché financier régional, le Crepmf, selon son président, entend orienter en 2018 ses actions prioritaires vers de grands axes. Le premier grand axe est la protection de l’épargne des investisseurs par la mise en place d’un fonds de protection des épargnants. Le Crepmf entend organiser la vulgarisation de la culture boursière par la mise en place d’un dispositif de bourse en ligne ; la réduction des coûts des transactions à l’effet de rendre plus compétitif le marché financier régional et d’améliorer la mobilisation de l’épargne. Comme autres grands axes, il y a également le renforcement de la gouvernance sur le marché financier ; l’amélioration de l’attractivité du marché par l’harmonisation de la fiscalité des valeurs mobilières consacrée à travers une directive de l’Uemoa en date du 30 mars 2010. Il y a également l’amélioration du cadre réglementaire pour la promotion des instruments financiers, de la gestion collective et du capital-investissement et la confection de guides à l’attention des investisseurs et émetteurs et la couverture médiatique de différents événements.
Après avoir salué les efforts du Crepmf, le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Servais Adjovi, a rappelé la situation macroéconomique de la sous-région ouest-africaine qui, depuis plus d’une décennie, est caractérisée par une croissance économique soutenue avec un taux d’inflation appréciable. Suite à cette analyse, le directeur de cabinet estime qu’il faut une diversification des sources de financement des économies des pays de l’union. Et dans cette diversification, il estime que le marché financier régional a un grand rôle à jouer et salue l’initiative du Crepmf dans sa politique de communication institutionnelle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1418 fois