Dans le Borgou et l’Alibori, c’est respectivement au Lycée Mathieu de Bouké de Parakou et au Ceg 1 Kandi, que le lancement de l’examen du Baccalauréat a eu lieu, ce lundi 16 juillet. Plus de 17 000 candidats sont à l’assaut de leur premier diplôme universitaire dans ces départements.

Dans le Borgou, 14 247 candidats contre 14 775 l’année dernière, planchent depuis ce lundi 16 juillet, pour l’obtention du Baccalauréat, session de juillet 2018. C’est au Lycée Mathieu Bouké que le secrétaire général de la préfecture de Parakou, Sanni Bio Bayé, a procédé au lancement de l’examen au niveau départemental.

Quelques minutes avant le démarrage de la première épreuve à 8 h, il a exhorté les examinateurs à plus de professionnalisme. Il a demandé aux candidats de ne pas paniquer devant les épreuves.
Le chef-centre Moutawakilou Dramane a rassuré que toutes les dispositions ont été prises pour permettre le déroulement normal des compositions, sans le moindre incident.
Abondant dans le même sens, le directeur départemental en charge de l’Enseignement secondaire, Garba Ayouba a émis le souhait qu’il y ait zéro fraude et tricherie. « Nous voulons des bacheliers accomplis et vertueux pour promouvoir le développement du Bénin », a-t-il insisté.
Sur les 13 centres de composition ouverts dans le Borgou, 8 sont à Parakou. Les 5 autres sont à Nikki, N’Dali, Bembèrèkè et Tchaourou.
Contrairement aux candidats de Parakou, ceux du département de l’Alibori n’ont pas bénéficié de la clémence de dame nature hier. Les conditions météorologiques ne leur ont pas été favorables. En effet, c’est sous une pluie battante que les 2818 candidats inscrits dans l’Alibori, ont rallié leurs trois centres de composition. Il s’agit notamment des centres de Kandi, de Malanville et de Banikoara.
C’est le préfet du département, Mohamadou Moussa, qui a procédé au lancement de la première épreuve au Ceg 1 Kandi. Il avait à ses côtés le maire de la ville, Alidou Démolé Moko, et le directeur départemental en charge de l’Enseignement secondaire, Amadou Tomon?
Une quinzaine de candidats à la touche

Par ailleurs, un incident est à déplorer au centre du Ceg 1 Kandi. C’est la mésaventure dont une quinzaine de candidats a été victime. En provenance d’un établissement privé de Sègbana, ces candidats n’ont pas pu composer. Ils n’avaient pas leurs convocations sur eux. Le responsable de cette malheureuse situation, déplorent-ils, ne serait que leur directeur. C’est tard dans la journée du dimanche 15 juillet dernier seulement, informent-ils, qu’il leur a notifié le rejet de leurs dossiers par la direction de l’Office du baccalauréat. En attendant, les investigations se poursuivent pour pouvoir situer les responsabilités.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2526 fois