Deux ans se sont déjà écoulés depuis la plus sanglante attaque de l’histoire de la République de Turquie survenue le 15 juillet 2016. Deux ans après, l’ambassade de Turquie près le Bénin a organisé un point de presse pour rappeler les circonstances du drame, et surtout réaffirmer la détermination du peuple turc à en finir avec toute tentative allant à l’encontre de la démocratie.

« Ce que nous avons vécu la nuit du 15 juillet 2016 était une attaque contre l’État turc par des traîtres infiltrés dans l’armée et affiliés à un déséquilibré qui se considère comme l’imam de l’univers. Nous avons fait face à des meurtriers qui ont bombardé leur propre Parlement national, ravagé le siège des opérations spéciales de la police qui lutte en première ligne contre les organisations terroristes ». Deux ans après ces évènements, la douleur n’a pas encore quitté tous les cœurs et c’est avec une voix enrouée que Mehmet Munis Dirik, ambassadeur, chargé d’affaires de l’ambassade de Turquie à Cotonou, a partagé avec les hommes des médias, le message-anniversaire qu’il a voulu délivrer à l’occasion. 

Ceux qui ont attaqué la Turquie ce jour-là, évoque-t-il, ont conduit des chars sur des civils sans armes et qui ont tiré depuis des avions de chasse et des hélicoptères de combat, tuant 251 citoyens et blessant plus de 2000 personnes. Deux ans se sont écoulés depuis que la Turquie a déjoué la plus sanglante attaque « terroriste » de son histoire et le pays a prouvé, au cours de ces deux années, sa résistance, sa capacité de récupération et sa puissance, se satisfait Mehmet Munis Dirik.
« Pour lui, deux raisons de fierté ont émergé de cette très douloureuse expérience. La première est le courage et la détermination du peuple turc. « Nos citoyens de chaque composante de la société et de chaque courant politique sont descendus dans la rue contre les putschistes. Nos chaînes de télévision ont poursuivi leurs émissions malgré les menaces et les raids des putschistes. La nation turque est devenue un ensemble », apprécie le diplomate turc. La deuxième, c’est que la nation turque a montré au monde entier qu’elle protège et protégera la démocratie. « Mon peuple a montré que seuls les gouvernements parvenant au pouvoir par la voie démocratique et la volonté nationale peuvent prédominer et non des groupes armés. La légitimité la plus puissante est la légitimité démocratique. En tant que pays, nous avons réussi fièrement cette épreuve de démocratie », poursuit-il.

Organisation brisée

« Je peux heureusement dire que nous avons complètement brisé en Turquie la colonne vertébrale de cette organisation grâce aux mesures que nous avons prises. Cependant, la menace n’est pas limitée à la Turquie. L’organisation a, dans plusieurs pays, des structures similaires à celles de Turquie. Elle s’est établie dans environ 160 pays, avec des milliers d’écoles et d’entreprises. Elle est encore en recherche active d’influence économique et politique », indique Mehmet Munis Dirik. Cependant, poursuit-il, « nous sommes heureux de constater une prise de conscience croissante de la part de nos partenaires » concernant la menace que représente ce groupe.
« Les conclusions entre nos mains démontrent que nous sommes face à une structure qui a créé un système de croyances perverti et ésotérique dirigée par Fetullah Gülen. Les écoles et les foyers de l’organisation ont servi de centres de lavage de cerveau et de recrutement de militants. Les membres de l’organisation formés dans ces écoles ont été infiltrés dans les institutions de l’État », revèle le diplomate turc.
Aussi explique-t-il, que dans de nombreuses régions, les écoles et autres entités du Fetô ont été étroitement inspectées et placées sous contrôle de l’État. Dans le même temps, des enquêtes sur ses structures et ses opérateurs sont en cours dans de nombreux pays, a déclaré l’ambassadeur Mehmet Munis Dirik. « La tentative de coup d’État du 15 juillet a déplorablement démontré que la menace à laquelle nous étions confrontés était beaucoup plus profonde et mortelle au-delà de nos estimations. La gravité du complot mené par Fetullah Gülen pendant 40 ans afin de s’approprier l’État turc a été démasquée », se réjouit-il. Autre élément de satisfaction évoquée par l’ambassadeur, « les forts signes d’amitié de la part du gouvernement du Bénin » au cours de ces deux années.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1901 fois